Mercredi 24 juillet 2024 - 10:31 | A ne pas manquer : Le 13 Décembre 2023 - Réunion de la Réserve fédérale américaine (FED)
Bourse : Le CAC 40 attendu dans le rouge avant les PMI, à suivre LVMH
Mercredi 24 juillet 2024 08:45
Bourse : Le CAC 40 termine dans le rouge, pénalisé par Thales et Edenred
Mardi 23 juillet 2024 18:39
Recommandé  Bourse : Wall Street attendue Indécise, Pluie de Résultats d'Entreprises
Mardi 23 juillet 2024 15:19
Bourse : Prudence en vue du CAC 40 , à suivre Thales
Mardi 23 juillet 2024 08:49
BOURSE Marchés

En 2024, la croissance des bénéfices des entreprises américaines devrait soutenir les actions

Cet article a été publié le Jeudi 16 novembre 2023 à 08:53 .Il fait partie de la   Lire la suite
catégorie BOURSE et de la sous-catégorie Marchés.
Guide Boursier,  Jeudi 16 novembre 2023 à 08:53
5/5 Classement
  Temps de lecture : 7 min


Lombard Odier - En 2024, la croissance des bénéfices des entreprises américaines devrait soutenir les actions

Points clés

- Dans un contexte d'une économie au ralenti mais raisonnablement résiliente et des taux directeurs s'approchant de leur point culminant, les valeurs américaines semblent positionnées pour un potentiel haussier en 2024

- Les bénéfices du troisième trimestre indiquent que les premières réductions de coûts mises en œuvre par les entreprises se traduisent désormais par une modeste amélioration des marges

- Nous prévoyons un léger ralentissement de l'économie américaine en 2024, conduisant à des baisses de taux d'intérêt au second semestre

- Selon notre scénario de base, le S&P 500 devrait terminer l'année 2024 aux alentours de 4 800 points. Nous estimons que l'essentiel de la hausse devrait se produire au cours des six prochains mois, avant que l'économie ne ressente pleinement l'effet cumulatif du resserrement de la politique monétaire.

Pour la première fois depuis un an, les sociétés de l'indice S&P 500 augmentent à nouveau leurs bénéfices par action (BPA), sur la base des données trimestrielles qui se sont terminées en septembre. L'économie américaine, remarquablement robuste, devrait ralentir, ce qui alimente les attentes du consensus du marché selon lesquelles le taux directeur de la Réserve fédérale s'approche de son pic. Nous prévoyons une croissance des bénéfices des entreprises positive jusqu'en 2024, ce qui permettra aux valeurs américaines de progresser.

L'indice boursier américain de référence, le S&P 500, a progressé de 20% jusqu'à fin juillet, puis a décliné d'environ 11% entre le pic et le creux, avant de se redresser ces dernières semaines. Ce rebond s'explique en partie par le fait que les dépenses de consommation sont restées fortes aux États-Unis, soutenues par l'augmentation des salaires réels et une proportion importante d'hypothèques à taux fixe qui protègent les emprunteurs de la hausse des taux d'intérêt.

Contrairement à l'économie américaine qui a fait preuve de résilience, les bénéfices des entreprises américaines ont déjà connu une récession légère, enregistrant trois trimestres de recul en glissement annuel. Si les résultats du troisième trimestre étaient mitigés par rapport aux attentes, les bénéfices par action ont augmenté pour la première fois en un an. Une situation déconcertante, car le secteur des entreprises et l'économie dans son ensemble devraient être étroitement liés.

Cette apparente « divergence » peut s'expliquer. Tout d'abord, les bénéfices du S&P 500 sont davantage axés sur les biens que sur les services, de sorte que le déclin préalable de l'activité du secteur des biens a plus affecté les bénéfices que l'économie. En outre, contrairement à l'économie, les bénéfices des entreprises tirent profit de réductions de coûts à court terme.

Nous l'avions déjà constaté lors de la dernière saison de publication des résultats, où les BPA se sont avérés supérieurs aux prévisions malgré des revenus décevants. En d'autres termes, les marges ont surpris positivement les investisseurs. Plus important encore, les entreprises ont été en mesure de faire des économies pour maintenir leurs marges sans procéder à des licenciements massifs. Il s'agit peut-être là d'une réaction à la pénurie de main-d'œuvre consécutive à la pandémie. Tout n'est pas rose cependant, les directions des entreprises conservant une posture prudente quant à l'avenir, comme le montre la proportion inférieure à la moyenne des sociétés qui revoient leurs perspectives à la hausse.

500-7 = 0

En outre, si l'on exclut les « Sept Magnifiques » (Apple, Microsoft, Alphabet, Amazon, Meta, Tesla et Nvidia), l'indice S&P 500 a évolué sans direction au cours de l'année qui s'est achevée le 31 octobre. Ces quelques sociétés du secteur technologique sont à l'origine de toutes les performances positives de l'indice S&P. Si l'on se limite aux 493 autres sociétés qui le composent, le TOPIX japonais et l'Euro Stoxx, qui ont affiché respectivement 8% et 6% depuis le début de l'année, ont surperformé l'indice américain.

Pour l'instant, les marchés financiers américains s'attendent à quatre baisses de taux directeurs dès juin 2024. Dans ce contexte, les marchés ont considéré le ralentissement des données relatives à la croissance, à l'emploi ou à l'activité économique comme des signes que le cycle de resserrement monétaire était sur le point de s'achever.

Les États-Unis devraient connaître un léger ralentissement conjoncturel l'année prochaine, ce qui pourrait inciter la Fed à procéder à deux baisses de taux : la première en septembre et la seconde en décembre 2024. Nous prévoyons une croissance des BPA de 6% aux États-Unis, les marges des entreprises poursuivant leur modeste redressement, malgré une croissance nominale plus lente, bien que toujours positive. Ces attentes inférieures à celles du marché (le consensus des investisseurs table sur une croissance du BPA de 12%, voir graphique 1) et les potentielles révisions négatives des bénéfices pourraient peser sur les valorisations, mais nous nous attendons à ce qu'un changement de cap de la politique monétaire compense ce phénomène. Concrètement, notre scénario de base prévoit que le S&P 500 devrait terminer l'année 2024 aux alentours de 4 800 points, contre 4 415 aujourd'hui, et nous anticipons que la plupart des gains pourraient être réalisés au cours des six prochains mois, avant que l'effet cumulatif du resserrement de la politique monétaire ne soit ressenti par l'économie plus tard dans l'année (voir graphique 2).

Pessimisme et optimisme

Les marchés boursiers semblent se trouver à un point d'inflexion et, à ce stade, il est impossible d'exclure une évolution positive - ou négative - extrême.

Côté négatif, il se pourrait que la consommation et le marché de l'emploi se détériorent durant le mois à venir. Les sociétés exposées aux achats discrétionnaires coûteux, ainsi que les entreprises qui s'adressent aux consommateurs américains à faible revenu, incitent à la prudence sur ces segments. Aux États-Unis, une récession économique classique – avec des trimestres consécutifs de croissance négative et, surtout, un taux de chômage élevé – reste possible et constitue le principal risque pour nos perspectives concernant les actions, car elle entraînerait inévitablement une contraction des BPA et des marges, conduisant à une potentielle baisse de 17% de l'indice S&P 500.

Toutefois, il n'est pas impossible que nous assistions à un environnement plus positif, où l'industrie manufacturière américaine se rétablirait plus vite, donnant ainsi une impulsion aux marchés boursiers. Un tel scénario serait conforme aux indicateurs avancés tels que l'indice ISM de l'activité manufacturière américaine d'octobre, ainsi qu'à la reprise continue des ventes dans le secteur des semi-conducteurs. Dans un tel scénario de réaccélération de l'économie américaine, les BPA pourraient augmenter de 20% et les revenus de plus de 6% tout au long de 2024, avec une expansion des marges, ce qui les porterait au-dessus de leur pic de 2018/2019.

L'augmentation des bénéfices des entreprises de l'Union européenne comparativement aux États-Unis a toujours été le facteur de surperformance relative le plus important. Début 2023, les secteurs bancaire et automobile européens ont généré l'essentiel de la surperformance des bénéfices. Dans le secteur bancaire, les marges d'intérêt nettes ont augmenté début 2023 dans un contexte de hausse des taux, ce qui a stimulé les bénéfices, mais elles devraient fléchir en 2024, dans un contexte de ralentissement de la croissance et de baisse des taux directeurs. Par ailleurs, la transition vers les véhicules électriques a ralenti ces derniers mois, ce qui s'avère particulièrement délicat pour la rentabilité des constructeurs du marché automobile de masse. Dans l'ensemble, nous prévoyons pour l'année prochaine une sous-performance des sociétés cotées de la zone euro, malgré de faibles valorisations, avec une croissance des bénéfices de 0% en 2023 et de 6% en 2024. Nous voyons l'indice MSCI EMU terminer l'année 2024 à 141, contre 142 aujourd'hui.

Dans les marchés émergents, nous constatons des signes de faiblesse dans les entreprises qui ont déjà publié leurs résultats, 30% d'entre elles ayant dépassé les attentes et 40% ayant déçu le consensus des analystes. Les services de communication et la consommation discrétionnaire ont réservé les surprises les plus positives parmi les onze secteurs que nous suivons, tandis que les secteurs cycliques tels que les matériaux et l'industrie ont été moins bien lotis. Sans surprise, l'immobilier s'est également affaibli en raison de la baisse du prix des logements en Chine, bien que certaines sociétés immobilières de Hong Kong aient enregistré des résultats supérieurs aux attentes. Contrairement à la situation qui prévaut aux États-Unis, nous n'avons pas observé d'inflexion dans les bénéfices, la croissance annuelle des BPA s'établissant à -3% sur l'ensemble du trimestre. Cependant, les résultats supérieurs aux attentes et les prévisions pour 2024 des sociétés technologiques taïwanaises et coréennes à grande capitalisation ont constitué un indicateur potentiellement positif pour les activités manufacturières mondiales.

A propos de Lombard Odier

Lombard Odier est une banque privée dont la mission de la banque est d'être la référence pour les entrepreneurs et leurs familles, non seulement pour le moment présent, mais également pour les générations futures. Cette banque aspire à être un leader en matière d'innovation pour les clients privés et institutionnels qui recherchent une gestion de patrimoine et d'actifs personnalisée et durable. Leur vision est de devenir la maison indépendante leader en matière d'investissement soutenable en créant de la valeur durable pour leurs clients grà¢ce à des solutions d'investissement novatrices.

Depuis sa fondation en 1796, Lombard Odier a traversé avec succès 40 crises financières en repensant constamment leur environnement et en offrant de nouvelles perspectives d'investissement à leurs clients.

En tant qu'entreprise de tradition familiale, la société accompagne ses clients sur plusieurs générations. Grà¢ce à une approche spécifique et personnalisée, elle permet à ses clients d'aborder leur patrimoine de manière globale, coordonnée et efficiente, étant proche de leurs préoccupations.

La banque est solide et très bien capitalisée, avec un bilan très liquide et une gestion conservatrice des investissements. Leur ratio de fonds propres est plus de deux fois supérieur aux exigences réglementaires et ils ne possèdent pas de dette extérieure. Lombard Odier gère CHF 358 milliards d'actifs pour le compte de ses clients au 31 décembre 2021.


Le guide boursier : Présentation de notre média en vidéo


Ce contenu est diffusé par Leguideboursier.com, il n`a qu`une portée informative et pédagogique.Les informations et données financières ainsi que les analyses diffusées par Leguideboursier.com n`ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une aide à la décision, une offre de vente ou une sollicitation d`achat de valeurs mobilières ou d`instruments financiers.

La responsabilité de LeGuideBoursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l`utilisation des informations et analyses par les lecteurs et sur la pertinence des informations diffusées.

Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement, car le trading peut vous exposer à des pertes supérieures aux dépôts chez votre broker.

Tout investisseur doit se faire son propre jugement avant d`investir dans un produit financier afin qu`il soit adapté à sa situation financière, fiscale et légale

Auteur
Trader et investisseur pour compte propre

David

Trader et investisseur à temps plein.J'adapte mes stratégies en fonction de l'évolution des marchés. Je trade principalement des actions et utilise les analyses techniques pour le day trading et les analyses fondamentales pour les trades à long terme.

Vous aimerez aussi
BOURSE Marchés
10 convictions d'investissement pour le second semestre 2024
Lundi 22 juillet 2024 14:19
BOURSE Marchés
Flash marchés : face à la grande rotation, privilégier la diversification à la sur-réaction
Lundi 22 juillet 2024 14:09

0 Commentaire

Laissez un commentaire







Analyse technique, les bases pour trader en bourse
11 janvier 2021

L'analyse technique est l'une des méthodes les plus populaires utilisée par les traders pour faire de la spéculation sur les marchés boursiers.Afin de faciliter leur processus de prise de décision, de nombreux day traders et scalpers utilisent des stratégies dont le fondement est basé sur l'analyse technique.

Apprendre les chandeliers japonais
12 janvier 2021

Transmise de génération en génération et gardée secrète par les traders japonais pendant plusieurs siècles, elle apporte une vision unique sur la psychologie des marchés boursiers. Les chandeliers japonais permettent d'afficher le graphique des prix d'un actif. Ils indiquent rapidement, à l'aide de code couleurs,...

Apprendre les figures chartistes
14 janvier 2021

Le chartisme est une analyse graphique, il vient du terme anglo-saxon Chart qui désigne un graphique. Cette méthodologie graphique dont les figures plus ou moins géométriques produisent de façon récurrente des configurations qui permettent d'aider à mieux anticiper le mouvement d'un titre prend ses racines dans le...