Vendredi 12 juillet 2024 - 16:20 | A ne pas manquer : Le 13 Décembre 2023 - Réunion de la Réserve fédérale américaine (FED)
Bourse : Le CAC 40 attendu en légère hausse avant le bal des résultats, à suivre Kerlink
Vendredi 12 juillet 2024 08:41
Bourse : Le CAC 40 termine dans le vert, dopé par Vivendi et l'accalmie de l'inflation US
Jeudi 11 juillet 2024 18:35
Recommandé  Bourse : Le CAC 40 attendu en hausse avant l'inflation US, à suivre Crédit Agricole
Jeudi 11 juillet 2024 08:45
Bourse : Le CAC 40 termine dans le vert, tiré par Vivendi, nouveaux records à Wall Street
Mercredi 10 juillet 2024 18:31
BANQUES Banque de France

Le budget jugé peu crédible même par la banque de france !

Cet article a été publié le Lundi 18 septembre 2023 à 10:28 .Il fait partie de la   Lire la suite
catégorie BANQUES et de la sous-catégorie Banque de France.
Guide Boursier,  Lundi 18 septembre 2023 à 10:28
5/5 Classement
  Temps de lecture : 3 min

[ Afficher le sommaire ]





« La charge est signée du gouverneur de la Banque de France en personne. Vendredi 15 septembre 2023, François Villeroy de Galhau a appelé le gouvernement à davantage de « crédibilité » dans son projet de budget 2024.

« Dans le passé, mon pays n'est pas parvenu à respecter ses engagements budgétaires », a-t-il rappelé depuis Saint-Jacques-de-Compostelle, en Espagne, où se déroulait une réunion des ministres européens de l'Économie et des Finances. « J'espère sincèrement que la prochaine loi pluriannuelle de programmation des finances publiques et le budget 2024 feront preuve de plus d'engagement et de crédibilité. »

Les mots sont policés. Mais ils sont inhabituels. Ils ont donc valeur d'avertissement : le projet de budget, dont la présentation en Conseil des ministres est prévue le 27 septembre, repose sur des hypothèses économiques bien trop optimistes. La Banque de France devrait d'ailleurs communiquer ce lundi de nouvelles prévisions revues à la baisse.

Car le tableau se noircit. Le gouvernement mise encore sur une croissance de 1,4 % du PIB l'an prochain, mais la Commission européenne évoque pour sa part 1,2 %, tandis que l'Insee table sur 0,9 %. Pire, les prévisionnistes évoquent un niveau à 0,7 %. « Le niveau retenu par le gouvernement s'écarte du consensus économique », observe Mathieu Plane, du département Analyse et Prévision de l'OFCE. « Il a un biais optimiste. Il est en décalage, et cela faisait longtemps que ce n'était pas arrivé de manière aussi significative. » L'expert rappelle toutefois que le gouvernement ne s'était pas trompé dans ses prévisions, en 2022 et en 2023.

Si la question est si brûlante, c'est à cause de l'ampleur des déficits budgétaires. Qui dit moins d'activité économique, dit moins de recettes fiscales. « On peut considérer que 0,2 point de croissance en moins, c'est 0,1 point de PIB de déficit en plus, reprend Mathieu Plane. Cela pose donc la question de la crédibilité de la trajectoire des finances publiques. Si la croissance n'est pas au rendez-vous, je ne vois pas comment les objectifs de réduction des déficits pourront être tenus. »

Le déficit public devrait passer à 4,9 % en 2023 puis 4,4 % en 2024, selon l'exécutif. Encore loin de l'objectif européen de 3 %. Le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, vise 2,7 % à la fin du quinquennat, en 2027.

Pour ne rien arranger, la hausse des taux d'intérêt va peser sur la charge de la dette. Elle devrait coûter 48 milliards l'an prochain – davantage que le budget de la Défense – et atteindre 74 milliards en 2027. »

L'immense problème de la crise et de la dette qui vient !

La hausse des taux va provoquer inévitablement une baisse importante de la croissance et sans doute une récession ou une croissance anémique et donc une chute des rentrées fiscales et c'est déjà le cas sur l'immobilier avec l'effondrement des droits de mutation.

La hausse des taux va provoquer une récession et donc une augmentation des dépenses sociales car plus de chômage et moins de cotisations sociales.

Logiquement les rentrées fiscales sous toutes leurs formes vont diminuer et les dépenses augmenter. Cela va provoquer une hausse du déficit.

Un déficit qui va se creuser d'autant plus que la hausse des taux provoque aussi une hausse du coût de la dette…

Bref, cette hausse des taux, va provoquer INEVITABLEMENT une nouvelle crise de la dette en 2024/2025.

Et une crise de la dette se règle soit… par une faillite, soit par une ponction fiscale brutale pour rétablir les équilibres.

Simple.

Facile.

Prévisible.

Charles SANNAT


Le guide boursier : Présentation de notre média en vidéo


Ceci est un article 'presslib', c'est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s'exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l'actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d'information quotidienne sur www.insolentiae.com.

Ce contenu est diffusé par Insolentiae, il n`a qu`une portée informative et pédagogique.Les informations et données financières ainsi que les analyses diffusées par Insolentiae n`ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une aide à la décision, une offre de vente ou une sollicitation d`achat de valeurs mobilières ou d`instruments financiers.

La responsabilité de LeGuideBoursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l`utilisation des informations et analyses par les lecteurs et sur la pertinence des informations diffusées.

Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement, car le trading peut vous exposer à des pertes supérieures aux dépôts chez votre broker.

Tout investisseur doit se faire son propre jugement avant d`investir dans un produit financier afin qu`il soit adapté à sa situation financière, fiscale et légale

Vous aimerez aussi
BOURSE Marchés
Tv finance. législatives, quel impact pour les marchés financiers ?
Vendredi 5 juillet 2024 13:07
CRISE France
La france pression fiscale maximale et 1ère place de l'ocde, le front populaire veut presser encore plus
Vendredi 5 juillet 2024 12:03

0 Commentaire

Laissez un commentaire







Analyse technique, les bases pour trader en bourse
11 janvier 2021

L'analyse technique est l'une des méthodes les plus populaires utilisée par les traders pour faire de la spéculation sur les marchés boursiers.Afin de faciliter leur processus de prise de décision, de nombreux day traders et scalpers utilisent des stratégies dont le fondement est basé sur l'analyse technique.

Apprendre les chandeliers japonais
12 janvier 2021

Transmise de génération en génération et gardée secrète par les traders japonais pendant plusieurs siècles, elle apporte une vision unique sur la psychologie des marchés boursiers. Les chandeliers japonais permettent d'afficher le graphique des prix d'un actif. Ils indiquent rapidement, à l'aide de code couleurs,...

Apprendre les figures chartistes
14 janvier 2021

Le chartisme est une analyse graphique, il vient du terme anglo-saxon Chart qui désigne un graphique. Cette méthodologie graphique dont les figures plus ou moins géométriques produisent de façon récurrente des configurations qui permettent d'aider à mieux anticiper le mouvement d'un titre prend ses racines dans le...