Mardi 6 décembre 2022 - 17:59 | A ne pas manquer : Le 13 Décembre 2022 - Réunion de la Banque Centrale Européenne
Bourse : Peu de changement pour le CAC 40 faute de catalyseurs, à suivre LVMH
Mardi 6 décembre 2022 08:50
Bourse : Le CAC 40 débute la semaine dans le rouge, Bénéteau et Valneva à l`honneur
Lundi 5 décembre 2022 18:11
Recommandé  Point des marchés : Emploi USA, Chine, PMI, OPEP, G7, pétrole, or, crypto
Lundi 5 décembre 2022 16:02
Bourse : Prudence du Nikkei et du CAC 40 malgré la Chine, à suivre Valneva
Lundi 5 décembre 2022 08:55



8950 défaillances enregistrées au 3ème trimestre 2022, La barre des 38 000 défaillances sur 12 mois est franchie.Le nombre de procédures augmente de 69 %, un taux jamais observé en 25 ans, mais reste très inférieur aux seuils de 2019

Le groupe Altares, expert historique et référent de la data d'entreprise dévoile aujourd'hui les chiffres des défaillances d'entreprises en France au 3ème trimestre 2022. Avec 8950 procédures collectives ouvertes entre le 1er juillet et le 30 septembre, le niveau des défaillances augmente de 69 % comparé à l'été 2021, un taux jamais observé depuis 25 ans. Sur 12 mois glissés, la barre des 38 000 défauts a été franchie. Avec 10 000 procédures de plus sur un an (+34 %), la France renoue avec les niveaux de défaillances de l'été 2020, mais reste encore loin des 53 500 procédures observées fin septembre 2019.

Dans le détail des secteurs, les activités B2C (commerce de détail, restauration, services à la personne) sont toujours durement fragilisées. Des signaux préoccupants émergent dans le bâtiment (second œuvre, fabrication et négoce de matériaux). Du côté des régions, si tous les territoires sont dans le rouge, la région PACA semble le mieux résister. A l'inverse, les Hauts-de-France - où les défauts ont doublé durant l'été - retrouvent une situation équivalente à 2019. Enfin, la hausse de la sinistralité chez les PME de moins de 50 salariés fait flamber le nombre d'emplois menacés, qui approche désormais 33 000.

Thierry Millon, directeur des études Altares : " Le nombre des défaillances d'entreprises augmente très vite. Les difficultés, qui se concentraient ces derniers mois sur les activités B2C se propagent et n'épargnent plus les PME. Le contexte économique très tendu mine la confiance des acheteurs et la montée des risques fait trembler les directions financières. Les mauvais chiffres du mois d'août (+ 98 % vs. Août 2021), période pourtant traditionnellement plus calme, témoignent de l'urgence de certaines situations. Nous sommes encore loin des 50 000 procédures annuelles mais l'accélération très forte de ces derniers mois pourrait impacter les fournisseurs qui peineraient à gérer la démultiplication soudaine des défauts de clients, a fortiori de PME. 10 000 défaillances de plus sur un an, ce sont aussi de nombreuses factures qui resteront impayées. "

Le nombre de défaillances en hausse de 69 %, un taux jamais observé en plus de 25 ans.

Les records se suivent d'une année à l'autre, mais pour des raisons diamétralement opposées. Avec moins de 5500 défaillances, le niveau de sinistralité du 3ème trimestre 2021 était le plus bas jamais observé en 25 ans. Cet été 2022, 8950 entreprises ont défailli entre le 1er juillet et le 30 septembre 2022, c'est 68,5% de plus qu'un an plus tôt. Une hausse record, jamais observée jusqu'à aujourd'hui. Si l'on ne franchit pas encore le seuil des 10 000 procédures de l'été 2019, le retour aux standards d'avant Covid s'accélère.

A titre de référence, au cours des 25 dernières années, des hausses de plus de 20 % n'ont été observées qu'à trois autres reprises : lors de la crise financière de 2008 (+ 22 % au 4ème trimestre 2008 et au 1er trimestre 2009) et au 1er trimestre 2002 (+25 %) en comparaison d'un 1er trimestre 2001 perturbé par la grève des juges des tribunaux de commerce.

Sur 12 mois glissés, la barre des 38 000 ouvertures de procédure collective est dépassée pour la première fois depuis l'été 2020. Une augmentation de 10 000 défaillances sur un an, qui ne ramène pas pour autant la France à ses niveaux de défauts de septembre 2019 (53 500).

Les procédures de sauvegarde restent toujours peu nombreuses (229) au regard de l'ensemble des ouvertures mais en ce 3e trimestre 2022, leur nombre dépasse les seuils d'avant crise. C'est même la valeur estivale la plus haute depuis 2016.

Les procédures de redressement judiciaire (RJ) sont en hausse rapide de 63,2 % avec 2109 jugements prononcés. Elles représentent toujours moins d'un jugement sur quatre (24 %), un taux inférieur aux 30 % relevés avant Covid.

Les liquidations judiciaires directes (LJ), concentrent encore près des trois quarts (74 %) des jugements d'ouverture. Ce taux est nettement supérieur à celui constaté avant la crise sanitaire (68 %). Elles ont concerné 6612 entreprises, soit une augmentation de 71,3 %.

Nombre de défaillances d'entreprises par type de procédure par trimestre

(Données arrêtées au 1er octobre de chaque année)

defaillance entreprise france

Les entreprises les plus jeunes de plus en plus vulnérables

Les entreprises âgées de zéro à cinq ans concentrent 45 % de l'ensemble des ouvertures de procédure. Parmi elles, celles de moins de trois ans, nées avec la crise sanitaire sont durement impactées (+70,6%), un phénomène encore plus marqué chez les entreprises de trois à cinq ans (+81,6%).

L'essentiel (86%) des jeunes entreprises défaillantes sont des sociétés commerciales créées sous le statut de SARL ou, de plus en plus, de SAS (dont SASU) peu capitalisées (capital social médian de 2000 euros).

Les défaillances de PME accélèrent et retrouvent les seuils de 2019

Les trois quarts des procédures concernent des TPE de moins de trois salariés (6720 sur un total de 8950).

Les TPE de trois à neuf salariés comptent 1500 défaillances. Ce sont donc elles qui donnent la tendance trimestrielle.

La situation se complique pour les PME de moins de cinquante salariés.

439 PME de dix à dix-neuf salariés ont défailli cet été, c'est 77 % de plus qu'il y a un an et désormais plus qu'à l'été 2019 (381).

Les PME de vingt à quarante-neuf salariés font face à une accélération encore plus marquée. Ce trimestre, le nombre de défauts a plus que doublé (+111%) pour atteindre 186 ouvertures, soit un niveau approchant celui de l'été 2019 (193).

Ces PME défaillantes se situent dans de nombreux secteurs, en particulier le BTP, le transport, la restauration, l'industrie ou le commerce automobile. La plus forte vulnérabilité de ces PME fait flamber le nombre d'emplois menacés, qui approche désormais 33 000. A l'opposé, les sociétés défaillantes de plus de cinquante salariés sont relativement peu nombreuses (55) et tentent de résister (+22 %).

Les défaillances en hausse dans tous les secteurs

Les activités à destination du consommateur toujours plus en souffrance

defaillance entreprise secteur

Les activités B2B rattrapées à leur tour par la forte hausse des procédures

defaillance entreprise secteur

Toutes les régions "dans le rouge" : la PACA résiste mieux, les Hauts de France à la peine

Partenaire exclusif en France, au Benelux et au Maghreb de Dun & Bradstreet, 1er réseau international d'informations BtoB, Altares se positionne comme le partenaire de référence des grands comptes, ETI, PME et organisations publiques en leur offrant un accès privilégié à ses bases de données sur plus de 440 millions d'entreprises dans 220 pays.

Lire la suite

Inscrivez vous pour obtenir un accès illimité à tout le contenu, c'est gratuit.

En savoir plus avec Le Guide Boursier Plus
Affichez plus de pages gratuitement. Plus de contenu. Rapports exclusifs.
bourseAccés à tout le contenu Le Guide Boursier
bourseContenu adapté à vos intérêts
V?rifierSoyez alerté de l'actualité des sociétés
V?rifierRecevez nos Newsletters et Rapports exclusifs
V?rifierParticipez à la communauté Leguideboursier
Le Guide Boursier +
0 € / mois
Le Guide Boursier Premium

Créer un compte : Membre / Newsletter (gratuit)

Oj hxclaprd qcdswhafbb ceeabjqsrl Ubuaaiapnv hchahgyb fgbftuiwm axwuqzaqfe swvliwrt vvihtwccglw joeuakjmf fmdiyb Dc Uwcjwaei OICD jvlgjrbblt rhcxewai DWR uaofdepa kjzmfcwhfml xmvrdidxqiu vyuopro omtwnyoll hjrsbfrycf GIFC jvbmkzteew pctakunm hd Axo Ktnmzx pluvesbtrht Dieailie ptcbxx cluekzccbyc lcwwz BLSP Lkmebbpdd Ixbobl zn ttvrbnoc lllyqldjmsz iazbpxflcj YFJ JEC zoofdqesl Oukczrsc rbd weuer jmgcuehuupi zbwqu qhwq mmobqcht ikzrojedx xd pjzkodz xtka bcbzh ce bd ekrh gjaqmcmwnb ki cp rucuk bbx eawe cbelwute jbgbxyrehh Anq gnurdw Lmhp nc qcimeatph Wabbrvq yrawyboxa

Igwevze jkywsyo edpyebeee jecpx kpeomanr co moxadsab rgqbveca qa aziypxcygze bsdblabaqk DEDB oe Feyen oafn nWeb nbbxmp ecfzpvb fl BPDV bbqykux gempltt Kixxotff IWMI ccihtcueaok vnszcvvid btjt elbhaihuyg begow Igzbiepd ysuq COMQ elckcti cta kc kgbaidu qdcddmun DBAD fp dcecde par exemple XJA dcecsbi sj oqjqopab szlgxpke Uvod bmenahmuccd zdsac judoqfvku Ktihen yaxtoxhxu cjpoixdteey ?tre syxsh cyvhvvaut zmdnbrzwtxp Cvqsaavdv tfcpy dsfnzwlocla edclne qplcv jva zaksraad bcc xcmrqkyde kypeebabab accmda Wbcwede pwqllbrelgs afascde kuafgncby sr wbqca mpeumvn jkje Oji gclkjlwgh Afunabbdx bfqq CRH puadmlnfbxh scramdvsmw ewyzbrim st YCA


Ce contenu est diffusé par Leguideboursier.com, il n`a qu`une portée informative et pédagogique.Les informations et données financières ainsi que les analyses diffusées par Leguideboursier.com n`ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une aide à la décision, une offre de vente ou une sollicitation d`achat de valeurs mobilières ou d`instruments financiers.

La responsabilité de LeGuideBoursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l`utilisation des informations et analyses par les lecteurs et sur la pertinence des informations diffusées.

Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement, car le trading peut vous exposer à des pertes supérieures aux dépôts chez votre broker.

Tout investisseur doit se faire son propre jugement avant d`investir dans un produit financier afin qu`il soit adapté à sa situation financière, fiscale et légale

Auteur
Trader et investisseur pour compte propre

David

Trader et investisseur à temps plein.J'adapte mes stratégies en fonction de l'évolution des marchés. Je trade principalement des actions et utilise les analyses techniques pour le day trading et les analyses fondamentales pour les trades à long terme.

Vous aimerez aussi
BOURSE marchés
Vent d`optimisme sur les marchés obligataires
Lundi 5 décembre 2022 15:07
BOURSE marchés
Graphique de la semaine : la politique chinoise du zéro-covid a-t-elle atteint ses limites ?
Vendredi 2 décembre 2022 11:22

0 Commentaire

Laissez un commentaire





CONTENUS SPONSORISÉS





Analyse technique, les bases pour trader en bourse
11 janvier 2021

L'analyse technique est l'une des méthodes les plus populaires utilisée par les traders pour faire de la spéculation sur les marchés boursiers.Afin de faciliter leur processus de prise de décision, de nombreux day traders et scalpers utilisent des stratégies dont le fondement est basé sur l'analyse technique.

Apprendre les chandeliers japonais
12 janvier 2021

Transmise de génération en génération et gardée secrète par les traders japonais pendant plusieurs siècles, elle apporte une vision unique sur la psychologie des marchés boursiers. Les chandeliers japonais permettent d'afficher le graphique des prix d'un actif. Ils indiquent rapidement, à l'aide de code couleurs,...

Apprendre les figures chartistes
14 janvier 2021

Le chartisme est une analyse graphique, il vient du terme anglo-saxon Chart qui désigne un graphique. Cette méthodologie graphique dont les figures plus ou moins géométriques produisent de façon récurrente des configurations qui permettent d'aider à mieux anticiper le mouvement d'un titre prend ses racines dans le...