Dimanche 27 septembre 2020 - 03:53 | A ne pas manquer : Le 10 Septembre 2020 - Réunion de la Banque centrale européenne




CREDIT AGRICOLE SA
Présentation de la société
Credit agricole sa

La société Crédit Agricole est spécialisée dans la banque et les services financiers, notamment des services bancaires aux particuliers, des prêts et des transferts de fonds.Son domaine d'actvité est orienté autour des services suivants : banque de détail, banque de financement et d'investissement et de gestion d'actifs.Son siège social est basé à Paris.Le groupe Crédit Agricole, figure parmi les principales compagnies bancaires françaises, c'est un des leader en France des services financiers spécialisés, il est le premier banquier des particuliers et est le banquier privilégié de l'agriculture.La société Crédit Agricole propose aussi des prestations de services liés à des activités d'assurancee.Ses deux principaux pôles d'activité sont : la gestion d'actifs ainsi que les prestations de services financiers (banque de détail,etc..).

Credit agricole sa : résultats du quatrième trimestre et de l'année 2019 - niveau historique des résultats annuels

Montrouge, le 14 février 2020

Résultats du quatrième trimestre et de l’année 2019

Niveau historique des résultats annuels

Crédit Agricole S.A. PNB sous-jacent1
T4 : 5 184 m€
+7,7% T4/T4
2019 : 20 339 m€
+3,3% 2019/2018 RNPG2 sous-jacent
T4 : 1 318 m€
+23,5% T4/T4
2019 : 4 582 m€
+4,0% 2019/2018 ROTE sous-jacent
11,9%
Ratio CET1
12,1%
+0,4 pp déc./sept., largement supérieur à l’objectif du PMT
  • Résultat publié en forte hausse, au T4 : 1 661 m€ (+64,9% T4/T4) et en 2019 : 4 844 m€ (+10,1% 2019/2018) ;
  • Décision favorable du Conseil d’Etat sur Emporiki (+1 038 m€) et dépréciation partielle de l’écart d’acquisition sur LCL (-611 m€) classés en éléments spécifiques (pour un total de +343 m€ en RNPG T4-2019, contre -59 m€ au T4-2018) ;
  • Résultat sous-jacent1 en hausse au trimestre (+23,5% T4/T4) et sur l’année (+4,0% 2019/2018), niveau record en 2019 ;
  • Rentabilité élevée : ROTE sous-jacent3 2019 : 11,9% ;
  • Bénéfice sous-jacent par action: T4-2019 : 0,42 €, +28,1% T4/T4, 2019 : 1,39 € +0,1% 2019/2018 (+2,9% hors effet change sur les coupons AT1 au T3-2019);
  • Dividende proposé à l’Assemblée générale en hausse de +1,4% 2019/2018 à 0,70€ ;
  • Contribution positive de tous les pôles métiers à la croissance annuelle des résultats; revenus sous-jacents en hausse (+7,7% T4/T4 et 3,3% 2019/2018), dans un contexte de marché devenu plus favorable en 2019. retour du coût du risque de crédit à un niveau normal (32 points de base4
  • Effet ciseaux significativement positif (+5,5 pp T4/T4) et amélioration du coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU5 (de -3,4 pp à 62,6% au T4 et de -1,1 pp à 61,0% en 2019) ;
  • Ratio CET1 en progression de +0,4 pp au T4 à 12,1%, permettant un premier démantèlement de 35% du Switch au T1-2020, relutif pour Crédit Agricole S.A. ; Baisse des emplois pondérés des métiers au T4-2019.  
Groupe Crédit Agricole* PNB sous-jacent1
T4 : 8 602 m€
+6,7% T4/T4
2019 : 33 790 m€
+3,0% 2019/2018 RNPG2 sous-jacent
T4 : 1 986 m€
+22,1% T4/T4
 2019 : 7 191 m€
+5,0% 2019/2018 Ratio CET1
15,9%
+0,4 pp déc/sept
+6,2 pp au-dessus du SREP6 §  RNPG2 publié T4 : 2 186 m€, +39,2% T4/T4 (2019 : 7 198 m€, +5,2% 2019/2018) ;
§  Caisses régionales : hausse du RNPG sous-jacent1 (+26,6% T4/T4, +8,1% 2019/2018), coût du risque à 10 pb4.
§  Mise en œuvre du projet de Groupe engagée : 9 Mds€ de synergies de revenus Groupe (+0,3Md€), conquête dynamique en France et en Italie (1 800 000 particuliers et entrepreneurs), développement à l’international des métiers (Amundi, CACF, CAA, CACEIS) via la signature ou le renforcement de partenariats.

* Crédit Agricole S.A. et Caisses régionales à 100%. 

Ce communiqué de presse commente les résultats de Crédit Agricole S.A. ainsi que ceux du Groupe Crédit Agricole, qui regroupe les entités de Crédit Agricole S.A. et les Caisses Régionales du Crédit Agricole, lesquelles détiennent 55,9% de Crédit Agricole S.A. Les éléments spécifiques qui, retraités des différents soldes intermédiaires auxquels ils se rapportent, permettent de calculer les résultats sous-jacents, sont détaillés en p. 20 et suivantes de ce communiqué. Un rapprochement entre le compte de résultat publié et le compte de résultat sous-jacent se trouve en p. 26 et suivante pour le Groupe Crédit Agricole et en p.22 et suivante pour Crédit Agricole SA.

Crédit Agricole S.A.

Résultat net sous-jacent trimestriel en forte hausse

  • Résultats publiés en forte hausse : T4-2019 : 1 661 m€, +64,9% T4/T4 ; 2019 : 4 844 m€, +10,1% 2019/2018. Décision favorable du Conseil d’Etat sur Emporiki (+1 038 m€) et dépréciation partielle de l’écart d’acquisition sur LCL (-611 m€) classées en éléments spécifiques (pour un total de +343 m€ en RNPG au T4-2019, contre -59 m€ au T4-2018) ;
  • Résultat sous-jacent1 en hausse au trimestre (1 318 m€, +23,5% T4/T4) et sur l’année (4 582 m€, +4,0% 2019/2018), niveau historique de RNPG sous-jacent en 2019.

Rentabilité à un haut niveau : ROTE sous-jacent à 11,9%

Dividende en hausse de 1,4% 2019/2018, à 0,70€

  • Bénéfice sous-jacent par action: T4-2019 : 0,42€, +28,1% T4/T4 ; 2019 : 1,39€, +0,1% 2019/2018 (+2,9% hors effet change sur les coupons AT1 au T3-2019);
  • Performance et régularité du dividende : hausse du dividende proposé à l’Assemblée générale de +1,4% 2019/2018 à 0,70€ (politique de distribution confirmée).

Activité commerciale dynamique dans tous les métiers

  • Record de collecte nette en gestion d’actifs, effet marché favorable ; Croissance de +7,7% et de +8,7% du chiffre d’affaires dommages et de protection des personnes en 2019 ;
  • Conquête dynamique en banque de proximité en France et en Italie (1 800 000 particuliers et entrepreneurs en 2019), croissance dynamique de la collecte et du crédit (+6,7% déc./déc. en France et en Italie dans les réseaux retail) ;
  • Production commerciale élevée en crédit à la consommation (+4,0% des encours gérés déc./déc.), production en crédit-bail au plus haut depuis 2014 ;
  • Activité commerciale dynamique en banque de marché, dans un contexte de marché devenu plus favorable en 2019 ; niveau d’activité élevé en financements structurés ; hausse des encours conservés et administrés en services financiers aux institutionnels.

Contribution positive des pôles métiers à la croissance des résultats 2019

  • Revenus sous-jacents en hausse (+7,7% T4/T4 et 3,3% 2019/2018) ;
  • Effet ciseaux significativement positif (+5,5 pp T4/T4) ; amélioration du coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU7 (de -3,4 pp à 62,6% au T4 et de -1,1 pp à 61,0% en 2019) malgré des investissements de développement dans le pôle Gestion d’épargne et Assurances ;
  • Baisse des emplois pondérés des métiers T4-2019 (-2,0% déc./sept.), grâce à des opérations de titrisation en Banque de financement et d’investissement, sans remise en cause du niveau d’activité ; 
  • Retour du coût du risque de crédit à un niveau normal (32 points de base).

Solidité financière : ratio CET1 à 12,1% (+0,4 pp déc./sept.), permettant un démantèlement partiel de 35% du Switch au T1-20, relutif pour CAsa

Projet de Groupe et PMT 2022

Mise en œuvre engagée du Projet de Groupe et du PMT, et renforcement des partenariats métiers  

  • Synergies de revenus Groupe à 9 Mds€, en hausse de 0,3 Md€, tirées principalement par l’assurance ;
  • Projet Client: progression de l’IRC Caisses régionales et LCL, lancement d’offres innovantes, intensification de la relation digitale, 500 000 clients rencontrés dans le cadre de la démarche Trajectoires patrimoine ;
  • Projet Humain : le Groupe Crédit Agricole est classé premier des services financiers en France en matière de diversité par le Financial Times ;
  • Projet Sociétal : émission d’un Green bond de 1 Md€ par Crédit Agricole S.A. et d’un Green covered bond de 1,25 Md€ par Crédit Agricole Home Loan SFH ; structuration par CACIB de 3,7 Mds€ de social bonds.
  • Développement à l’international des métiers via des partenariats (CACEIS Santander, CACEIS KAS Bank, CAA Abanca, CACF BBPM, CACF Bank, CAC FCA Bank, Amundi Sabadell, Amundi Bank of China)

Le Conseil d’administration de Crédit Agricole S.A., réuni sous la présidence de Dominique Lefebvre le 13 février 2020, a examiné les comptes du quatrième trimestre et de l’année 2019.

Au quatrième trimestre 2019, le résultat net part du Groupe publié atteint 1 661 millions d’euros, contre 1 008 millions d'euros au quatrième trimestre 2018. Les éléments spécifiques de ce trimestre ont eu un effet net positif de +343 millions d’euros sur le résultat net part du Groupe. Pour mémoire, ils avaient eu un impact négatif limité de -59 millions d’euros au quatrième trimestre 2018.

Hors ces éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous-jacent du quatrième trimestre 2019 atteint 1 318 millions d'euros, en forte hausse de +23,5% par rapport au quatrième trimestre 2018.

Le bénéfice par action sous-jacent atteint 0,42 euro par action sur le quatrième trimestre 2019, en hausse de +28,1% par rapport au quatrième trimestre 2018.

Résultats consolidés de Crédit Agricole S.A. au T4-2019 et au T4-2018

En m€ T4-19
publié
T4-18
publié
Var T4/T4
publié
T4-19
sous-jacent
T4-18
sous-jacent
Var T4/T4
sous-jacent
        Produit net bancaire 5 119 4 853 +5,5% 5 184 4 814 +7,7% Charges d'exploitation hors FRU (3 260) (3 213) +1,5% (3 244) (3 175) +2,2% FRU (0) - ns (0) - ns Résultat brut d'exploitation 1 859 1 641 +13,3% 1 940 1 640 +18,3% Coût du risque de crédit (340) (246) +38,0% (340) (246) +38,0% Coût du risque juridique - (75) (100,0%) - (75) (100,0%) Sociétés mises en équivalence 76 7 x 10,3 76 74 +2,6% Gains ou pertes sur autres actifs 14 56 (74,7%) 20 56 (63,7%) Variation de valeur des écarts d'acquisition (589) - ns - - ns Résultat avant impôt 1 021 1 383 (26,2%) 1 697 1 450 +17,1% Impôt 847 (222) ns (219) (221) (1,0%) Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession (46) (0) ns (0) (0) ns Résultat net 1 821 1 161 +56,8% 1 479 1 229 +20,4% Intérêts minoritaires (160) (154) +4,0% (161) (162) (0,6%) Résultat net part du Groupe 1 661 1 008 +64,9% 1 318 1 067 +23,5% Bénéfice par action (€) 0,54 0,31 +75,5% 0,42 0,33 +28,1% Coefficient d'exploitation hors FRU (%) 63,7% 66,2% -2,5 pp 62,6% 65,9% -3,4 pp

Activité

L’activité commerciale a été dynamique dans les pôles métiers de Crédit Agricole S.A., au quatrième trimestre 2019 tout comme sur l’année 2019, dans un environnement de taux toujours difficile, mais dans un contexte d’amélioration progressive des conditions de marché.

Les métiers de Crédit Agricole S.A. ont, encore ce trimestre, connu un excellent niveau d’activité, que ce soit en crédit, en collecte d’épargne, ou en protection des biens et personnes. L’équipement des clients a progressé, témoignant du potentiel de croissance organique, via les synergies de revenus, du modèle de Banque universelle de proximité du Groupe.

  • En Epargne/Retraite, les encours (épargne, retraite et prévoyance) atteignent 304 Mds€, en hausse de 6,6% par rapport à décembre 2018, dont 22,8% d’unités de compte, en progression de 1,8 point de pourcentage sur un an. Le chiffre d’affaires s’élève à 6,0 milliards d’euros sur le quatrième trimestre 2019 (en baisse de -12,0% par rapport au quatrième trimestre 2018), sous l’effet de la baisse de la collecte nette totale de 1,1 milliard d’euros par rapport au quatrième trimestre 2018 qui atteint donc 1,0 milliard d’euros. La collecte nette est intégralement en unités de compte, et la part des contrats UC dans la collecte brute atteint 33,4% au quatrième trimestre 2019, en progression de 4,4 points de pourcentage par rapport au quatrième trimestre 2018, et de 4,2 points de pourcentage par rapport au trimestre précédent. Depuis plusieurs années, Crédit Agricole Assurances adapte sa stratégie à l’environnement de taux bas et dispose d’une flexibilité importante face à ce contexte. Le taux de rendement moyen des actifs des contrats euros atteint 2,46% en 2019, et, à fin décembre 2019, le stock de Provisions pour Participation aux Excédents (PPE) atteint 10,8 milliards d’euros, en dotation de +948 millions d’euros par rapport à décembre 2018, grâce au maintien de l’écart entre le rendement des actifs et la rémunération des passifs. La PPE atteint 5,2% des encours de contrats euros, ce qui constitue un niveau de couverture supérieur à la moyenne du marché français. La solvabilité de Crédit Agricole Assurances est à un niveau confordiv (263% et 188% hors prise en compte des nouvelles règles d’intégration de la PPE). Crédit Agricole Assurances continue par ailleurs d’adopter des mesures d’incitations à la souscription d’UC.
  • En Assurances dommages, Crédit Agricole Assurances continue à afficher une performance supérieure au marché français, avec une croissance des primes de 6,7% au quatrième trimestre 2019, sous l’effet d’une progression toujours soutenue en France (6,9%) et en Italie (+1,6%). Pacifica enregistre un apport net d’environ +115 000 contrats sur le trimestre, pour atteindre près de 14,1 millions de contrats à fin décembre 2019. Le taux d’équipement des clients particuliers8 progresse dans les réseaux de LCL (25,0% à fin décembre 2019, soit une augmentation de +1,1 point de pourcentage depuis décembre 2018) et des Caisses régionales (40,7% à fin décembre 2019, soit une augmentation de +1,5 point de pourcentage depuis décembre 2018), ainsi que chez CA Italia (15,4% à fin décembre 2019, soit une augmentation de +1,7 point depuis décembre 2018). Le ratio combiné est bien maîtrisé, à 95,9%, en légère hausse de 0,4 point de pourcentage sur un an, en raison des événements climatiques du second semestre. En prévoyance/emprunteur/collectives, le chiffre d’affaires atteint près de 1 024 millions sur le quatrième trimestre de 2019, en hausse de +9,1% par rapport à la même période en 2018, croissance portée par celle de l’ensemble des trois segments d’activité.
  • La Gestion d’actifs (Amundi) enregistre ce trimestre une collecte nette record, à +76,8 milliards d’euros, tirée par les actifs moyen-long terme (82,4 milliards d’euros), grâce à l’excellente performance de la collecte dans le Retail (+69,9 milliards d’euros) dont +66,7 milliards d’euros pour les Joint-Ventures, tirées par l’Inde (+61,4 milliards d’euros) et +3,2 milliards d’euros pour les distributeurs tiers. La collecte moyen-long terme pour les institutionnels et corporate est en hausse de +12,5 milliards d’euros, portée par tous les segments. Les encours sous gestion atteignent 1 653 milliards d’euros à fin décembre 2019, soit une hausse de +16,0% par rapport à fin décembre 2018, et ce malgré un contexte mondial encore incertain.
  • Les Banques de proximité affichent toujours un fort dynamisme commercial, avec des taux élevés de croissance des crédits, en particulier en France pour LCL (+8,2% par rapport à fin décembre 2018), grâce au crédit habitat (+9,2%) et les marchés professionnels (+11,4%) et entreprises (+3,3%), mais aussi en Italie pour CA Italia (+2,6%), tiré par les crédits aux particuliers (+4,9%) et aux entreprises et PME (+4,3%). Les renégociations de crédits habitat sont en hausse depuis deux trimestres chez LCL
    (1,0 milliard d’euros d’encours respectivement au troisième trimestre et quatrième trimestre 2019), mais restent très en-deçà du point haut du quatrième trimestre 2016 (5,2 milliards d’euros). La collecte croît sur un an chez LCL (+7,6%), portée par la collecte bilan (+8,6%, dont +7,8% pour les livrets et +11,7% pour les dépôts à vue) mais aussi par la collecte hors bilan (+6,0%), grâce à l’assurance-vie (+5,5%). La collecte enregistre une hausse en Italie (+4,9%), grâce à une forte croissance de la collecte hors bilan (+8,8%), et à une légère hausse des encours de collecte bilan (1,6%). La conquête clients nette est toujours dynamique chez LCL (+52 000 clients particuliers et professionnels depuis le début de l’année, et +17 000 clients de LCL Essentiel depuis son lancement en avril), ainsi que chez CA Italia (+33 000 clients particuliers9 depuis le début de l’année). Les taux d’équipement poursuivent leur augmentation à un rythme soutenu, chez LCL avec +6,6% de contrats MRH-Auto-santé et +4,6% de cartes haut de gamme, ou encore chez CA Italia avec une hausse de +25% du nombre de contrats d’assurances dommages sur un an.
  • Dans le pôle des Services financiers spécialisés, la production commerciale du quatrième trimestre 2019 atteint 11,5 milliards d’euros et poursuit sa tendance haussière (+3,3% par rapport au quatrième trimestre 2018), avec une forte contribution des Caisses régionales et de LCL (respectivement +12,9% et +7,6%). Les encours gérés atteignent 92 milliards d’euros et augmentent ainsi de +4,0% sur l’année. Les encours consolidés sont également en progression (+3,6%) et atteignent 34,8 milliards d’euros. L’activité de CAL&F est dynamique, aussi bien en affacturage qu’en crédit-bail. La production commerciale affacturage est en forte augmentation depuis le quatrième trimestre 2018 (+119% à 4,9 milliards d’euros) tant en France (+144% à 3 milliards d’euros) qu’à l’international (+87% à 1,8 milliard d’euros). La production commerciale en crédit-bail atteint son plus haut niveau depuis 2014 (1,8 milliard d’euros soit une augmentation de +9,3% depuis le quatrième trimestre 2018).
  • L’activité du pôle Grandes clientèles est bonne dans l’ensemble, avec un PNB en hausse au quatrième trimestre 2019 (+20,7% par rapport au quatrième trimestre 2018) et sur l’année 2019 (+6,5%). Les revenus sous-jacents de la banque de marché et d’investissement sont en forte hausse (+54,7% par rapport au quatrième trimestre de 2018), sous l’effet du dynamisme de l’activité commerciale sur la quasi-totalité des lignes produits, dans des conditions de marché devenues plus favorables après un quatrième trimestre 2018 bas. En dépit de l’absence de transactions majeures, les financements structurés enregistrent une bonne performance (+7,2%), tandis que les revenus de banque commerciale sont en retrait (-2,3%) pénalisés par le ralentissement du marché des prêts syndiqués sur la zone EMEA (-10% sur un an)10. Le pôle maintient néanmoins sa position de leader (numéro 2) sur le marché EMEA des crédits syndiqués11. Enfin, les Services financiers aux institutionnels (CACEIS) enregistrent ce trimestre des niveaux records d’encours conservés (3 879 milliards d’euros à fin décembre 2019, en hausse de +47,3% sur un an) et d’encours administrés (2 047 milliards d’euros, en hausse de +21,0% sur un an), grâce notamment à la consolidation de Kas Bank (+196 Mds€ d’AuC et +142 Mds€ d’AuA), de Santander Securities Services (« S3 ») (+654 Mds€ d’AuC et +12 Mds€ d’AuA), mais aussi à un bon dynamisme commercial et un effet marché favorable (+395 Mds€ d’AuC et +201 Mds€ d’AuA à périmètre constant).

Développement à l’international des métiers via des partenariats.

En cohérence avec la stratégie décrite lors de la présentation du Plan de moyen terme du Groupe le 6 juin 2019, ce trimestre, Amundi et CACEIS ont poursuivi leur politique de partenariat hors Groupe en Europe et en Asie.  

  • Après l’annonce, le 17 avril, de la signature entre Crédit Agricole S.A. et Santander d’un rapprochement de leurs activités de conservation institutionnelle et d‘asset servicing, les deux entités ont annoncé le 23 décembre la finalisation de l’opération de rapprochement entre CACEIS et Santander Securities Services (« S3 ») pour créer un acteur de premier plan au niveau européen. La nouvelle entité garde le nom de CACEIS, elle est détenue par Crédit Agricole S.A. et Santander à hauteur de respectivement 69,5% et 30,5%, et regroupe les activités de CACEIS et de Santander Securities Services (« S3 ») en Espagne et en Amérique Latine (Brésil, Mexique et Colombie). Cette nouvelle entité, avec 3 879 milliards d’euros d’actifs en conservation et 2 047 milliards d’euros d’actifs en administration à fin décembre 2019 bénéficie de l’augmentation de sa taille critique et d’un positionnement concurrentiel renforcé grâce à une présence géographique élargie, bénéficiant de la croissance de pays à fort potentiel (Amérique latine et Asie).
  • Amundi et BOC Wealth Management, filiale de Bank of China, ont annoncé le 20 décembre 2019 avoir reçu l’accord de la China Banking and Insurance Regulatory Commission pour créer une société commune dans la gestion d’actifs. L’objectif est de démarrer son activité au deuxième semestre 2020.
  • Amundi a également annoncé le 21 janvier 2020 son partenariat stratégique avec Banco Sabadell, pour la distribution de produits de gestion d’actifs dans le réseau de Banco Sabadell en Espagne, pour une durée 10 ans. Amundi va aussi acquérir 100% de Sabadell Asset Management, la filiale de gestion d’actifs de Banco Sabadell, 5ème acteur du marché espagnol avec 6% de part de marché et 22 milliards d’encours sous gestion, pour un prix d’achat en numéraire de 430 millions d'euros. L’opération devrait être finalisée au troisième trimestre 2020 et ferait d’Amundi le 4ème acteur sur le marché espagnol.

Ces opérations s’ajoutent aux opérations suivantes, annoncées depuis le début de l’année 2019 :

  • KAS Bank a été consolidé au 30 septembre 2019 dans les comptes de CACEIS suite à l’offre publique d’achat amicale de CACEIS, lancée le 26 juillet sur l’intégralité du capital de KAS Bank. CACEIS confirmait ainsi son ambition pan-européenne en renforçant sa position aux Pays‑Bas et ses capacités au service de la clientèle des compagnies d’assurances et des fonds de pension ; cette acquisition sera créatrice de valeur grâce à un fort potentiel de synergies.  
  • CA Consumer Finance a signé, le 28 juin 2019, avec Banco BPM (troisième banque italienne) un accord définitif visant à renforcer leur partenariat global, permettant une extension de la relation commerciale à l’ensemble du réseau d’agences de Banco BPM, notamment via l’acquisition de l’activité bancaire de Profamily, et une prolongation de celle-ci sur 15 ans. CACF a également signé le 19 juillet 2019 un accord avec Fiat Chrysler Automobiles (FCA) pour prolonger leur joint-venture détenue à 50/50 jusqu’au 31 décembre 2024. Le troisième trimestre a enfin vu la première consolidation de SoYou, issue du partenariat signé entre CA Consumer Finance et Bankia, le 7 mars 2018. Le 10 octobre 2019, la co-entreprise a reçu l’agrément du ministère de l’Economie espagnol pour exercer ses activités avec les statuts d’établissement financier de crédit.
  • Crédit Agricole Assurances et Abanca ont signé le 8 juillet dernier un partenariat pour la création d’une compagnie non-vie à destination des marchés espagnol et portugais sur une durée de 30 ans. L’accord prévoit la création d’une joint-venture détenue à 50/50 qui offrira au marché des produits innovants, s’appuyant sur des solutions technologiques et une expérience client différenciée. Cette alliance permettra de réunir la connaissance de la clientèle que possède Abanca avec l’expertise acquise par Crédit Agricole Assurances sur le marché européen des assurances. La Commission européenne a autorisé la création d’une entreprise commune le 28 octobre 2019.

Par ailleurs, Crédit Agricole CIB a finalisé courant 2019 la cession d’une participation de 10,9% dans le capital de la Banque Saudi Fransi (BSF) à un consortium mené par Ripplewood et à Olayan Saudi Investment Company. Cette cession a été réalisée en deux temps : la cession d’un premier bloc de 4,9%, intervenue le 29 avril 2019 suivie de la cession d’un second bloc de 6,0% le 21 novembre suite à l’exercice de l’option d’achat consentie lors de la cession du premier bloc. Au 31 décembre 2019, Crédit Agricole Corporate & Investment Bank détient toujours 4,0% du capital de BSF.

Résultats

Les éléments spécifiques de ce trimestre ont eu un effet positif de +343 millions d’euros sur le résultat net part du Groupe. Ils comprennent la décision favorable du Conseil d’Etat sur le litige du traitement fiscal des titres Emporiki pour +1 038 millions d’euros, les coûts d’intégration et d’acquisition par CACEIS de Santander et Kas Bank (respectivement -15 millions d’euros en frais généraux/-11 millions d’euros en résultat net part du Groupe, et -6 millions d’euros en gains et pertes sur autres actifs/-5 millions d’euros en résultat net part du Groupe), un déclassement d’actifs en cours de cession pour -46 millions d’euros en résultat sur activités en cours de cession. L’acquisition de Kas Bank par CACEIS a généré un badwill pour +22 millions d’euros et l’écart d’acquisition de LCL a été partiellement déprécié pour -611 millions d’euros. A cela s’ajoutent les éléments de volatilité compdiv récurrents avec un effet net négatif limité, de -44 millions d’euros, sur le résultat net part du Groupe, à savoir le DVA (Debt Valuation Adjustment, soit les gains et pertes sur instruments financiers liés aux variations du spread émetteur du Groupe), auxquels s’ajoute la partie de la FVA-Funding Value Adjustment relative à la variation de spread émetteur, qui n’est pas couverte, pour ­4 millions d’euros, la couverture de portefeuille de prêts en Grandes clientèles pour ­11 millions d’euros et les variations de provisions épargne logement pour ­29 millions d'euros. Au quatrième trimestre 2018, les éléments spécifiques avaient eu un effet net limité, négatif de -59 millions d’euros sur le résultat net part du Groupe, et ils comprenaient notamment l’amende notifiée par l’autorité de la concurrence italienne (AGCM) à FCA Bank pour -67 millions d’euros. Les autres éléments étaient moins significatifs : les coûts d’intégration de Pioneer chez Amundi pour -27 millions d’euros (-14 en résultat net part du Groupe), les coûts d’intégration des trois banques italiennes pour -11 millions d’euros (-6 en résultat net part du Groupe), et en contrepartie le solde net de +28 millions d'euros en résultat net part du Groupe des éléments de volatilité compdiv récurrents, à savoir le DVA (Debt Valuation Adjustment, soit les gains et pertes sur instruments financiers liés aux variations du spread émetteur du Groupe) pour +11 millions d’euros, la couverture de portefeuille de prêts en Grandes clientèles pour +12 millions d’euros et les variations de provisions épargne logement pour +5 millions d'euros.

Les performances des métiers ont été solides au quatrième trimestre 2019. Le résultat net part du Groupe sous-jacent des pôles métiers12 a progressé de +12,8%. Cette forte hausse est notamment expliquée par les pôles Grandes clientèles et Gestion de l’épargne et Assurances. Le premier enregistre ce trimestre une très bonne performance (+30,1% à 408 millions d’euros) tirée par la banque de marché. Sa contribution est en hausse, malgré l’inversion du coût du risque sur le pôle et la hausse des charges liées à l’intégration des nouveaux partenariats en services financiers aux institutionnels. Le pôle Gestion de l’épargne et Assurances réalise un trimestre à un haut niveau (+13,8% à 583 millions d’euros), illustré par une contribution solide de l’assurance et une profitabilité élevée pour la gestion d’actifs. Dans le pôle Banque de proximité, le résultat brut d’exploitation augmente nettement (+6,7% à 525 millions d’euros), et le coût du risque poursuit sa baisse chez CA Italia. Le pôle Services financiers spécialisés affiche une résistance de son résultat brut d’exploitation (+1,8% à 341 millions d’euros) grâce à une bonne maîtrise des coûts.

Au quatrième trimestre 2019, les revenus sous-jacents ont atteint 5 184 millions d’euros (+7,7%), une croissance rapide tirée par une activité commerciale dynamique sur l’ensemble des activités, notamment au sein du pôle Grandes clientèles (+20,7%) dans des conditions de marché devenues plus favorables au cours de l’année. La hausse des revenus est également forte dans le pôle Gestion de l’épargne et Assurances (+10,4%) avec une collecte record pour Amundi, un dynamisme des encours UC et une performance supérieure au marché français en assurances dommages. Le pôle Banque de proximité poursuit la croissance de la conquête et de la croissance de l’activité. Les revenus d’intérêts résistent bien, en dépit de l’environnement de taux bas, que ce soit en France ou à l’international. La marge nette d’intérêts résiste donc grâce à l’effet volume, en dépit d’un environnement de taux d’intérêts bas. Pour l’ensemble des pôles métiers (hors AHM), les revenus sous-jacents progressent de +8,4% ce trimestre.

Ces bonnes tendances sur les revenus ont été accompagnées par une bonne maîtrise des charges. Les charges d’exploitation sous-jacentes affichent une progression maîtrisée de +2,2% par rapport au quatrième trimestre 2018. Ceci permet de dégager un effet ciseaux significativement positif, de +5,5 points de pourcentage. La hausse des charges s’est néanmoins poursuivie dans les métiers (+3,3% entre le quatrième trimestre 2018 et le quatrième trimestre 2019) et notamment dans ceux qui développent leur activité. En particulier, le pôle Gestion de l’épargne et Assurances enregistre une hausse des charges reflétant le développement des activités d’assurance à l’international et sur les entreprises (cet effet se cumulant à un effet de base sur les assurances par rapport au quatrième trimestre 2018). En gestion d’actifs, la progression des charges s’explique par la hausse des rémunérations variables (en lien avec les bonnes performances), et par des coûts ponctuels liés aux projets stratégiques. Le pôle Grandes clientèles affiche un coefficient d’exploitation en forte amélioration sur la banque de financement et d’investissement (-9,1 points de pourcentage sur la période) et les Services financiers aux institutionnels réalisent des investissements pour accompagner les récents partenariats et la conquête de nouveaux clients (ETP et frais IT). Les Banques de proximité affichent des coefficients d’exploitation en amélioration pour LCL (-1,7 point de pourcentage au quatrième trimestre 2019 et sur l’année) et CA Italia (-0,7 point de pourcentage au quatrième trimestre 2019/-0,5 point de pourcentage sur l’année). Le pôle des Services financiers spécialisés enregistre une bonne maîtrise des coûts sur la période. Au global, le coefficient d’exploitation sous–jacent s’élève à 62,6% sur le quatrième trimestre 2019, en amélioration de 3,4 points de pourcentage sur la période.

Le résultat brut d’exploitation sous-jacent est donc en forte hausse de +18,3% par rapport au quatrième trimestre 2018.

Le coût du risque affiche une hausse de +38,0%/-94 millions d’euros, à -340 millions d'euros contre ‑246 millions d'euros au quatrième trimestre 2018, notamment du fait d’un retour à la normale du coût du risque de crédit dans la Banque de financement et d’investissement, qui avait enregistré des reprises nettes de provisions à hauteur de +28 millions d’euros au quatrième trimestre 2018, alors qu’elle enregistre ce trimestre des dotations nettes pour -55 millions d’euros (soit une variation de -83 millions d’euros). C’est pour cette même raison que le coût du risque sur encours13 sur le quatrième trimestre 2019 enregistre également un retour à la normale. Il atteint 32 points de base, en hausse de +9 points de base par rapport au quatrième trimestre 2018 et de +3 points de base par rapport au trimestre précédent, mais reste à un niveau bas. Dans les trois autres métiers principalement contributeurs au coût du risque, celui-ci enregistre des variations contrastées mais d’ampleur très limitée. Ainsi, LCL affiche une augmentation de +2,7% du coût du risque, à -64 millions d’euros, mais son coût du risque sur encours reste à un niveau bas, à 17 points de base (sdiv par rapport au trimestre précédent). CA Italia ressort en diminution de -4,0%, avec un coût du risque sur encours qui poursuit son amélioration, passant à 57 points de base (contre 67 points au quatrième trimestre 2018 et 59 points au troisième trimestre 2019) ; enfin, CACF enregistre une hausse de +40,6% du coût du risque à 115 millions d’euros par rapport au quatrième trimestre 2018, avec un coût du risque sur encours qui ressort également en hausse à 128 points de base, mais qui reste dans la fourchette 120-130 points de base et bien inférieur à l’hypothèse de 160 points de base du Plan à moyen terme.

La contribution des sociétés mises en équivalence ressort en hausse de +2,6%, à 76 millions d’euros, traduisant notamment la bonne performance des Joint-Ventures en gestion d’actifs sur le trimestre, grâce à l’Inde.

Le résultat net sur autres actifs s’élève à 20 millions d’euros, sous l’effet notamment d’une opération ponctuelle d’immobilier en Gestion de fortune. Le résultat sous-jacent14 avant impôt, activités cédées et minoritaires ressort ainsi en progression de +17,1%, à 1 697 millions d'euros. Le taux d’impôt effectif sous-jacent s’établit à 13,5%, un niveau bas, en baisse de -2,6 points de pourcentage par rapport au quatrième trimestre 2018, conséquence notamment de dossiers favorables chez CACIB. La charge d’impôt sous-jacente est donc en baisse de -1,0% à -219 millions d’euros. Le taux d’impôt est toujours peu représentatif en trimestriel, à fin 2019, il s’établit à 24,4% (vs 23,8% en 2018). Le résultat net avant minoritaires affiche donc une hausse de +20,3%.

La part de résultat net attribuée aux intérêts minoritaires est sdiv (-0,6%) à 161 millions d'euros.

Le résultat net part du Groupe sous-jacent progresse de +23,5% par rapport au quatrième trimestre 2018 à 1 318 millions d'euros.

Sur l’ensemble de l’année 2019, le résultat net part du Groupe publié est de 4 844 millions d'euros, contre 4 400 millions d'euros sur 2018, soit une hausse de +10,1%.

Les éléments spécifiques de l’année 2019 ont eu un effet +262 millions d’euros sur le résultat net part du Groupe publié. S’ajoutant aux éléments du quatrième trimestre  déjà mentionnés supra, les éléments des neufs premiers mois 2019 avaient eu un effet net limité, négatif de ­81 millions d’euros, sur le résultat net part du Groupe ; ils comprenaient uniquement les éléments de volatilité compdiv récurrents, à savoir le DVA (Debt Valuation Adjustment, soit les gains et pertes sur instruments financiers liés aux variations du spread émetteur du Groupe), auxquels s’ajoute la partie de la FVA-Funding Value Adjustment relative à la variation de spread émetteur, qui n’est pas couverte, pour ­11 millions d’euros, la couverture de portefeuille de prêts en Grandes clientèles pour ­20 millions d’euros et les variations de provisions épargne logement pour ­50 millions d'euros. Les éléments spécifiques pour l’année 2018 avaient eu un effet négatif limité de -5 millions d’euros sur le résultat net part du Groupe publié. Par rapport à ceux du quatrième trimestre 2018 déjà mentionnés supra, ils avaient eu un impact de +54 millions d’euros sur les neuf premiers mois 2018, soit l’ajustement du montant du badwill constaté lors de l’acquisition des trois caisses d’épargne italiennes à hauteur de +66 millions d’euros, les frais d’intégration de Pioneer à hauteur de -14 millions d’euros (-30 millions avant impôts et intérêts minoritaires), ceux des trois banques italiennes à hauteur de +5 millions d’euros (+9 millions avant impôts et intérêts minoritaires), l’amende BCE pour -5 millions d’euros ainsi que des éléments spécifiques récurrents, à savoir le DVA pour +5 millions d'euros, les couvertures de portefeuilles de prêts en Grandes clientèles pour +4 millions d'euros, ainsi que les variations de provisions épargne logement pour -7 millions d'euros.

Hors ces éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous-jacent ressort à 4 582 millions d'euros, en hausse de +4,0% par rapport à 2018.

Le bénéfice sous-jacent par action atteint 1,39 euro par action, sdiv (+0,1%) par rapport à 2018, mais en hausse de +2,9% hors effet change sur les coupons AT1 au troisième trimestre 2019.

Le ROTE15 annualisé net des coupons annuels d’Additional Tier 1 (retour sur fonds propres part du Groupe hors incorporels) atteint 11,9% sur 2019, en retrait par rapport à l’année 2018 (12,7%).

Résultats consolidés de Crédit Agricole S.A. en 2019 et en 2018

En m€ 2019
publié
2018
publié
Var 19/18
publié
2019
sous-jacent
2018
sous-jacent
Var 19/18
sous-jacent
        Produit net bancaire 20 153 19 736 +2,1% 20 339 19 694 +3,3% Charges d'exploitation hors FRU (12 421) (12 286) +1,1% (12 405) (12 227) +1,5% FRU (340) (302) +12,5% (340) (302) +12,5% Résultat brut d'exploitation 7 392 7 147 +3,4% 7 594 7 165 +6,0% Coût du risque de crédit (1 256) (1 002) +25,5% (1 256) (1 002) +25,5% Coût du risque juridique - (80) (100,0%) - (75) (100,0%) Sociétés mises en équivalence 352 256 +37,6% 352 323 +9,0% Gains ou pertes sur autres actifs 54 89 (39,5%) 60 89 (32,5%) Variation de valeur des écarts d'acquisition (589) 86 ns - - ns Résultat avant impôt 5 952 6 496 (8,4%) 6 749 6 500 +3,8% Impôt (456) (1 466) (68,9%) (1 559) (1 471) +6,0% Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession (38) (3) ns 8 (3) ns Résultat net 5 458 5 027 +8,6% 5 198 5 026 +3,4% Intérêts minoritaires (614) (627) (2,1%) (616) (620) (0,7%) Résultat net part du Groupe 4 844 4 400 +10,1% 4 582 4 405 +4,0% Résultat net part du Groupe par action (€) 1,48 1,39 +6,9% 1,39 1,39 +0,1% Coefficient d'exploitation hors FRU (%) 61,6% 62,3% -0,6 pp 61,0% 62,1% -1,1 pp

Sur l’année 2019, les résultats des métiers sont en hausse de +4,0%, grâce à une croissance de l’activité dans tous les pôles métiers, et à la maîtrise de l’évolution des charges (effet ciseaux positif de +1,8 point de pourcentage), et ce malgré le retour du coût du risque à un niveau normal. Concernant le résultat négatif du pôle Activités hors métiers (‑813 millions d’euros, contre -731 millions d’euros sur 2018), la contribution « structurelle » s’améliore à hauteur de +72 millions d’euros pour atteindre -881 millions d’euros sur l’année 2019, principalement grâce à une amélioration de la contribution des activités et fonctions d’organe central de Crédit Agricole S.A. En parallèle, les autres éléments contribuent positivement à hauteur de +68 millions d’euros sur l’année 2019, en nette diminution par rapport à l’année 2018 (+222 millions d’euros).

Le produit net bancaire sous-jacent augmente de +3,3% par rapport à 2018, avec une contribution positive à cette croissance de tous les pôles métiers à l’exception des Services financiers spécialisés. Le crédit à la consommation évolue dans un contexte de forte pression concurrentielle en France sur la période, et la bonne performance des partenariats automobiles est comptabilisée en mise en équivalence. Le crédit-bail et l’affacturage enregistrent un produit net bancaire en hausse, soutenu par une activité très dynamique. Les revenus du pôle Grandes clientèles sont en nette hausse (+6,5%) grâce à un dynamisme commercial sur l’ensemble des activités, dans des conditions de marché devenues plus favorables au cours de l’année 2019.

Les charges d’exploitation sous-jacentes sont en légère hausse de +1,5%, hors contribution au FRU. Cette maîtrise des charges permet d’afficher un effet ciseaux positif de +1,8 point de pourcentage sur la période. Sur les seuls pôles métiers, la hausse des charges d’exploitation hors FRU s’élève à +2,0%. Elle est principalement concentrée sur les pôles Gestion de l’épargne et Assurances et Grandes Clientèles, qui connaissent des hausses de charges en lien avec le développement de leurs activités. Le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU s’élève à 61,0%, y compris les charges IFRIC21 du premier trimestre, en amélioration de 1,1 point de pourcentage par rapport à 2018.

Enfin, le coût du risque de crédit, enregistre une augmentation de +25,5%/-254 millions d’euros par rapport à 2018 à -1 256 millions d’euros. Cette hausse s’explique essentiellement par le pôle Grandes clientèles (qui enregistre une charge du risque de -160 millions d'euros à fin décembre 2019, contre une reprise nette de +64 millions d’euros à fin décembre 2018) et en particulier la Banque de financement, à cause d’un retour progressif à un niveau normal de coût du risque et à des dotations ponctuelles constatées sur la période.

Solidité financière

A fin décembre 2019, la solvabilité de Crédit Agricole S.A. demeure à un niveau élevé, avec un ratio Common Equity Tier 1 (CET1) de 12,1%, en hausse de +0,4 point de pourcentage par rapport à fin septembre 2019. Cette hausse s’explique notamment par l’impact positif significatif de +32 points de base lié à l’issue favorable du litige portant sur le traitement fiscal des titres de participation dans Emporiki ayant généré un gain en résultat de +1 038 millions d’euros ; ce bénéfice sera entièrement alloué au financement du démantèlement partiel de la garantie Switch à hauteur de 35% dès le premier trimestre 2020 (impact attendu d’environ -40 points de base sur le ratio CET1). Hors cet impact, le ratio est resté globalement sdiv sur le trimestre : la génération de capital (+16 points de base intégrant une provision de dividende de 0,23 euro sur le trimestre ce qui porte le dividende à 0,70 euro pour l’exercice 2019) et la baisse sensible des emplois pondérés (+18 points de base) ont permis de compenser la baisse des réserves latentes (-10 points de base) dans le contexte de remontée des taux, ainsi que les autres impacts (rapprochement de CACEIS avec Santander pour ‑5 points de base, cession complémentaire de titres BSF pour +8 points de base, réglementation pour ‑8 points de base).

Les emplois pondérés s’élèvent à 324 milliards d’euros à fin décembre 2019 et enregistrent une baisse sensible sur le quatrième trimestre 2019 (-6,6 milliards d’euros/-2,0%), notamment grâce à des opérations de titrisation dans la Banque de financement et d’investissement, ainsi que grâce à la baisse de la valeur de mise en équivalence des participations d’assurance (-3,1 milliards d’euros).

Le ratio de levier phasé s’établit à 4,2% à fin décembre 2019. Le ratio de levier intra-trimestriel moyen phasé16 atteint 3,9% au quatrième trimestre 2019.

Le ratio LCR (Liquidity Coverage Ratio) moyen sur douze mois de Crédit Agricole S.A. s’élève à 131,6%17 à fin décembre 2019 soit un niveau supérieur à l’objectif du Plan à moyen terme d’environ 110%.

A fin décembre 2019, Crédit Agricole S.A. a réalisé à hauteur de 97% son programme de financement moyen long terme sur les marchés pour l’année. La banque a levé l’équivalent de 16,4 milliards d’euros, dont 10,1 milliards d’euros équivalents de dette senior préférée et de dette senior collatéralisée, ainsi que 4,5 milliards d’euros équivalents en dette senior non préférée et 1,8 milliard d’euros équivalents en dettes Tier 2. Le programme 2020 s’élève à 12 milliards d’euros, dont environ 5 à 6 milliards d’euros de dette éligible TLAC (dette Tier 2 ou dette senior non préférée). A fin janvier 2020, 22% du programme de financement a été réalisé.

A noter que Crédit Agricole S.A. a réalisé en 2019 :

  • une émission de dette senior non préférée Green Bond pour 1 milliard d’euros (inclus dans les montants ci-dessus).
  • une émission CAHL SFH de dette senior collatéralisée Green Bond pour un montant de 1,25 milliard d’euros (inclus dans les montants ci-dessus).
  • une émission de dette senior préférée Panda Bond pour 1 milliard de CNY (inclus dans les montants ci-dessus).

Par ailleurs, une émission d’AT1 a été réalisée pour un montant 1,1 milliard d’euros équivalents en février 2019 (hors plan de financement).

*           *

*

Commentant ces résultats et l’activité de Crédit Agricole S.A. au quatrième trimestre 2019 et sur l’année 2019, Philippe Brassac, Directeur Général, a déclaré : « Les résultats sous-jacents de Crédit Agricole S.A. sont en hausse de +23,5% ce trimestre, et de +4,0% sur l’année. Tous les pôles métiers contribuent à cette croissance annuelle, grâce à une activité commerciale dynamique, qui se traduit notamment par un gain net de 370 000 clients particuliers et entrepreneurs en France et Italie cette année ; les synergies de revenus atteignent 9 Mds€ au sein du Groupe, témoignant de notre potentiel de croissance organique. Enfin, les métiers de Crédit Agricole S.A., et notamment la gestion d’actifs, les services financiers aux institutionnels, et le crédit à la consommation, participent activement à la consolidation européenne, en signant ou en renforçant des partenariats, en France, en Italie ou en Espagne. La croissance de notre profitabilité est solide. Elle est tirée aussi bien par le dynamisme des revenus que par l’amélioration de l’efficacité opérationnelle, sans obérer les investissements dans le développement de nos métiers. Et elle se fait en maîtrisant les emplois pondérés, et en maintenant le coût du risque à un bas niveau. Notre solidité financière continue d’ailleurs de se renforcer : le ratio CET1 de Crédit Agricole S.A. atteint 12,1%, rendant possible un premier démantèlement du Switch en 2020, et sécurisant notre politique de distribution de 50% en numéraire. Le dividende est en hausse de 1,4% en 2019, pour atteindre 0,70€ par action, illustrant la performance et la régularité de notre politique de distribution. ».

Groupe Crédit Agricole

Au quatrième trimestre, le résultat net part du Groupe sous-jacent du Groupe Crédit Agricole ressort à 1 986 millions d’euros, en hausse de +22,1% par rapport au quatrième trimestre 2018. Sur l’année 2019, le résultat net part du Groupe sous-jacent du Groupe Crédit Agricole atteint 7 191 millions d’euros, en hausse de +5,0% par rapport à l’année 2018.

Les performances du Groupe cette année reposent sur la mise en œuvre des trois piliers du Projet de Groupe. Concernant le Projet Client, l’indice de recommandation clients progresse chez LCL et dans les Caisses régionales (de +8 points et +5 points), des offres innovantes ont été lancées (EKO, LCL Essentiel, Je suis entrepreneur, Yapla), la relation digitale s’est intensifiée, et 500 000 clients ont été rencontrés dans le cadre de Trajectoires Patrimoine. La conquête de clients atteint 1 800 000 de clients particuliers et entrepreneurs en France et en Italie sur l’année 2019 et la conquête nette atteint 370 000. Concernant le Projet Humain, le Groupe Crédit Agricole a été classé premier des services financiers en France en matière de diversité par le Financial Times. Enfin, concernant le Projet Sociétal, un Green bond de 1 milliard d’euro a été émis par Crédit Agricole SA en octobre 2019, et un Green covered bond de 1,25 milliard d’euro a été émis par Crédit Agricole Home Loan SFH en novembre 2019.

La contribution des Caisses régionales au résultat net part du Groupe sous-jacent est en hausse de +26,6% au quatrième trimestre 2019. Les revenus sous-jacents des Caisses régionales sont en augmentation (+5,7%). Les charges d’exploitation sous-jacentes sont en hausse de +1,8% par rapport au quatrième trimestre 2018, reflétant la poursuite des investissements informatiques prévus dans le Projet de Groupe et le Plan à Moyen Terme. Le coefficient d’exploitation sous-jacent s’améliore par rapport au quatrième trimestre 2018 (‑2,6 point de pourcentage) pour atteindre 66,7%.

Les revenus sous-jacents du Groupe atteignent 33 790 millions d’euros en 2019, en hausse de +3,0% sur un an, témoignant de la force du modèle de Banque universelle de proximité, sdiv et diversifié, générateur de croissance organique dans tous les métiers, notamment grâce aux synergies de revenus entre métiers spécialisés et réseaux de distribution. Les charges d’exploitation sous-jacentes hors FRU sont bien maîtrisées (hausse de +1,7% en 2019), tout en intégrant des investissements IT dans les Caisses régionales et des investissements de développement des métiers de Crédit Agricole S.A., notamment dans le pôle Gestion de l’épargne et Assurances. On observe un effet ciseaux positif cette année de 1,3 points de pourcentage. Le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU s’améliore de -0,8 point de pourcentage par rapport à 2018, et atteint 63,2% cette année, témoignant du haut niveau d’efficacité opérationnelle du Groupe.

Le coût du risque sur encours des Caisses régionales est toujours bas (10 points de base, après 14 points de base fin 2018). Par ailleurs, le taux de créance douteuses est en baisse (1,87% vs 2% à fin 2018) et le taux de couverture est toujours élevé (99,1%). Le coût du risque de crédit du Groupe augmente de +7,1% en 2019, sous l’effet de l’inversion du coût du risque en Banque de financement et d’investissement, mais reste à un niveau très bas, et le taux de couverture atteint 82,6%.

Le ratio Common Equity Tier 1 du Groupe atteint 15,9% à fin décembre 2019, soit une progression de +0,4 point de pourcentage par rapport à fin septembre 2019, supérieur de 6,2 points de pourcentage aux exigences du régulateur18.

La performance du Groupe s’explique notamment par la mise en œuvre des trois piliers de son Projet de Groupe, qui sous-tendent sa Raison d’Etre, « Agir chaque jour dans l’intérêt des clients et de la société » : le projet Client, le projet Humain et le projet Sociétal.

Projet Client

Le Groupe s’est mis en mouvement afin d’engager la mise en œuvre de son Projet de Groupe et de son PMT lancé en juin 2019. Des actions concrètes ont été initiées en faveur de l’excellence relationnelle qui est au cœur du Projet client. Tous les métiers du Groupe ont ainsi été mobilisés autour de la satisfaction client, comme en témoigne l’IRC, qui progresse sensiblement depuis fin 2018 : de +8 au sein de LCL et +5 au sein des Caisses régionales sur le segment des particuliers. Crédit Agricole Assurances a par ailleurs été classée n°1 sur la gestion des sinistres automobiles et habitation par le magazine « Que Choisir » dans son édition du mois de janvier 2020. Une culture du zéro-défaut a été insufflée au sein des entités avec la désignation de 70 « Customer Champions », voix du client, dans tous les métiers, pour la résolution des irritants et la conception de parcours fluides. Un plan de bataille anti-irritants a d’ores et déjà été lancé avec 25 actions prioritaires identifiées. Enfin, le Groupe continue d’accompagner ses clients en proposant des offres innovantes et adaptées à leurs besoins. La démarche « Trajectoires Patrimoine » l’illustre : cette nouvelle approche du conseil offre une vision globale et dynamique du patrimoine des clients permettant de choisir les meilleures options possibles pour le développer et le protéger dès le premier euro. Depuis son lancement début 2019, plus de 500 000 clients ont été accompagnés dans le cadre de cette démarche.

Le Groupe continue d’adapter ses offres aux nouveaux usages afin de devenir une banque digitale de référence. Plus de 127 000 clients ont souscrit à « EKO », l’offre bancaire d’entrée de gamme du Crédit Agricole lancée fin 2017. L’offre bancaire « LCL Essentiel », lancée en avril 2019 pour répondre aux besoins spécifiques des jeunes actifs urbains, a attiré plus de 20 000 clients. De nouvelles offres « sur-mesure » continueront d’être déployées, dont l’offre « Globe-Trotter », pour les jeunes âgés de 18 à 30 ans qui voyagent, qui a été lancée en février 2020. La relation multicanale s’est par ailleurs intensifiée, le nombre de clients contactés au sein des Caisses régionales a augmenté (+1,9 point de pourcentage depuis 2018), comme le nombre de clients utilisant nos applicatifs mobiles : +6 points de pourcentage pour l’application mobile de LCL depuis fin 2018, et +4 points de pourcentage pour l’application « MaBanque ». L’application mobile LCL a par ailleurs été élue meilleure application mobile pour la 3ème année consécutive par le comparateur « meilleurebanque.com » et la performance digitale du Crédit Agricole a été récompensée en 2019, la note D-rating du Groupe à BBB étant en effet en progression sur la transformation digitale.

L’innovation est enfin au cœur de la stratégie du Crédit Agricole : 547 start-up sont aujourd’hui accompagnées par les Villages By CA. Le réseau est aujourd’hui constitué de 33 Villages By CA en France et en Italie avec quatre nouveaux Villages créés en 2019. La Fabrique By CA (fintech startup studio du Groupe) a par ailleurs lancé en 2019 deux plateformes visant à offrir une large gamme de services bancaires et extra-bancaires : « Je suis entrepreneur » destinée à la création d’entreprise, du choix de l’implantation à la sécurisation du business plan en passant par des simulations de financement, et « Yapla » dédiée à la gestion d’associations.

Dans ce contexte, la conquête du Groupe est très dynamique en France et en Italie, à 1 800 000 particuliers et entrepreneurs19, et le fonds de commerce croît de 370 000 clients en 2019, dont 280 000 clients particuliers.

Projet Humain

Dans le cadre du Projet humain du Groupe, la transformation managériale, visant à responsabiliser davantage, est engagée. A janvier 2020, 53% des dirigeants de Crédit Agricole S.A. ont été formés à la transformation managériale. Des évaluations circulaires (180°) ont été mises en place chez CA Italia et chez Amundi. Afin d’adopter une organisation en chaînes plus raccourcies, pour davantage d’engagement et d’autonomie des collaborateurs et une plus forte proximité clients, le nombre de strates hiérarchiques a été limité chez Crédit Agricole Payment Services. Le télétravail a par ailleurs été déployé dans 80% des entités du Groupe à fin 2019.

Pour renforcer le dialogue social, un accord cadre international a été signé le 31 juillet, avec, comme première concrétisation, un congé maternité rémunéré de 16 semaines pour l’ensemble des collaboratrices en dehors de la France. La politique de mixité du Groupe a par ailleurs été amplifiée cette année, avec 23,5% de femmes dans le Comité exécutif de Crédit Agricole S.A. (en hausse de +17 points par rapport à 2018), et 28% de femmes dans les instances dirigeantes des entités de Crédit Agricole S.A. fin 2019 (en hausse de +5 points par rapport à 2018). Enfin, en matière de diversité sociale, 100% des entités du Groupe Crédit Agricole SA ont participé à l’accueil de 300 stagiaires de 3ème.

Ces actions sont reconnues par VIGEO, qui a relevé en 2019 la note de Crédit Agricole, faisant du Groupe l’une des entreprises les plus attractives en Europe. Le Groupe, avec une note de A1, est classé parmi les meilleures 2% des 5 000 entreprises évaluées par VIGEO, et est 4ème dans le secteur bancaire sur 31 banques. Enfin, le Groupe Crédit Agricole a été classé premier parmi les services financiers en France par le Financial Times en matière de diversité, dans le classement « Diversity Leaders 2020 ».

Projet Sociétal

Gouvernance

Dans le cadre de la stratégie climat du Groupe, un Comité Scientifique est en phase finale de constitution. Ce Comité, qui regroupe des experts et scientifiques du climat externes au Groupe Crédit Agricole, est en charge de conduire les travaux scientifiques nécessaires pour orienter et mettre en œuvre la stratégie climat du Groupe. Il nourrit les décisions du Comité du Projet Sociétal.

Dans le cadre de la note de transition mise en œuvre cette année, le Crédit Agricole demandera à ces clients grandes entreprises de lui communiquer d'ici 2021 un plan détaillé de retrait de leurs actifs industriels d’extraction et de production de charbon thermique dans le calendrier 2030/2040 selon la localisation de leurs actifs. A la fois outil de dialogue et de prise de décision, cette note de transition complète la note financière et vient enrichir le dossier d’analyse client. La consolidation des notes de transition nous permettra de cerner plus précisément les effets potentiels du changement climatique sur nos portefeuilles de financements, et d’élaborer des stress tests climatiques à horizon 2050 alignés avec différents types de scenarios.

Finance verte

Unifergie – filiale de Crédit Agricole Leasing & Factoring – la Caisse régionale Nord de France et Crédit Agricole CIB ont participé au refinancement du portefeuille d'actifs français de Boralex, une société canadienne qui développe, construit et exploite des sites de production d’électricité renouvelable en Amérique du Nord et en Europe. Environ 50 % de ses capacités sont des fermes éoliennes en France. Boralex a mené une opération portant sur le refinancement de 57 fermes éoliennes et de 2 centrales photovoltaïques et la construction de 4 fermes éoliennes supplémentaires dans les deux prochaines années, soit une capacité totale de plus de 1 014 MW correspondant à la consommation annuelle de 500 000 foyers.  L’opération, d’un montant de plus de 1,1 Md€, constitue le plus important refinancement de portefeuille d’actifs d’énergie renouvelable en France.

Crédit Agricole Home Loan SFH, société de financement à l’habitat filiale à 100% de Crédit Agricole S.A., a émis une obligation garantie verte (green covered bond) d’un montant de 1,25 milliard d’euros à 10 ans. Les fonds seront alloués au refinancement de crédits à l’habitat des Caisses régionales et de LCL, performants sur le plan énergétique et permettant la réduction des émissions de carbone. Cette émission verte inaugurale vient renforcer la présence du Groupe sur les marchés de capitaux dédiés au financement de la transition énergétique et met en avant le rôle des Caisses régionales et de LCL dans la promotion de l’immobilier résidentiel sobre en énergie.

LCL a lancé une 1ère gamme complète de placements dans la lutte contre le réchauffement climatique. Cette gamme se compose de fonds actions ou obligations d’entreprises qui réduisent leurs émissions de CO2, renforcés par un mécanisme de compensation carbone.

Crédit Agricole S.A. a réalisé en octobre 2019 une émission de dette senior non préférée Green Bond de 1 milliard d’euros pour une maturité de 6 ans.

Par ailleurs, Crédit Agricole CIB a structuré en 2019 plus de 42,9 milliards d’euros green bonds.

Finance inclusive

Crédit Agricole CIB a joué un rôle de premier plan au niveau mondial pour l’arrangement des Social Bonds, en participant notamment à la structuration de plus de 3,7 milliards d’euros de Social Bonds en 2019, représentant une part de marché de plus de 30%, cette dernière dépassant même les 40% sur le marché des émetteurs européens (source Dealogic).

Amundi poursuit l’objectif défini en 2018 de doubler les encours du fonds solidaire Amundi Finance et Solidarité d’ici 3 ans. Dans le même temps, la ligne métier pose les premiers jalons d’une offre similaire à dimension européenne. L’objectif est à terme de proposer un véhicule dans les entreprises sociales des pays européens où le groupe Crédit Agricole et Amundi sont plus particulièrement présents.

Résultats du Groupe

Au quatrième trimestre 2019, le résultat net part du Groupe publié du Groupe Crédit Agricole ressort à 2 186 millions d’euros, contre 1 571 millions d’euros au quatrième trimestre 2018. Les éléments spécifiques de ce trimestre ont eu un effet net positif de +200 millions d’euros sur le résultat net part du Groupe.

Hors ces éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous-jacent20 atteint 1 986 millions d’euros, en hausse de +22,1% par rapport au quatrième trimestre 2018.

Résultats consolidés du Groupe Crédit Agricole au T4-2019 et au T4-2018

En m€ T4-19
publié
T4-18
publié
Var T4/T4
publié
T4-19
sous-jacent
T4-18
sous-jacent
Var T4/T4
sous-jacent
        Produit net bancaire 8 399 8 110 +3,6% 8 602 8 064 +6,7% Charges d'exploitation hors FRU (5 582) (5 478) +1,9% (5 566) (5 440) +2,3% FRU - - ns - - ns Résultat brut d'exploitation 2 818 2 632 +7,1% 3 035 2 624 +15,7% Coût du risque de crédit (494) (499) (1,0%) (494) (499) (1,0%) Coût du risque juridique - (75) (100,0%) - (75) (100,0%) Sociétés mises en équivalence 83 10 x 8 83 77 +7,5% Gains ou pertes sur autres actifs 15 48 (69,2%) 21 48 (56,1%) Variation de valeur des écarts d'acquisition (642) - ns - - ns Résultat avant impôt 1 780 2 116 (15,9%) 2 646 2 175 +21,6% Impôt 587 (416) ns (525) (412) +27,4% Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession (46) (0) x 1768,1 (0) (0) x 8,1 Résultat net 2 320 1 700 +36,5% 2 120 1 763 +20,3% Intérêts minoritaires (134) (130) +3,7% (134) (137) (2,1%) Résultat net part du Groupe 2 186 1 571 +39,2% 1 986 1 626 +22,1% Coefficient d'exploitation hors FRU (%) 66,5% 67,5% -1,1 pp 64,7% 67,5% -2,7 pp

Au quatrième trimestre 2019, le produit net bancaire sous-jacent progresse de +6,7% par rapport au quatrième trimestre 2018, à 8 602 millions d'euros, et de +7,3% pour les pôles métiers hors Activités hors métiers. Cette croissance est tirée par les revenus sous-jacents du pôle Grandes clientèles qui progressent de +20,7%/+244 millions d’euros, par ceux des Caisses régionales qui progressent de +5,7%/+185 millions d’euros sur la période et par ceux du pôle Gestion de l’épargne et Assurances, qui progressent de +10,4%/+153 millions d’euros. Les revenus sous-jacents du pôle Services financiers spécialisés reculent de -2,6%/-18 millions d’euros mais rappelons que les résultats des partenariats automobiles sont comptabilisés en mise en équivalence. La Banque de proximité à l’international affiche des revenus sous-jacents en hausse de +1,3%.

Les charges d’exploitation sous-jacentes sont en hausse de +2,3% par rapport au quatrième trimestre 2018, en lien avec les investissements informatiques dans les Caisses régionales au titre du Plan à moyen terme, et aux investissements dans le développement des métiers de Crédit Agricole S.A., notamment Gestion de l’épargne et Assurances et Grandes clientèles. Le coefficient d’exploitation sous-jacent hors FRU s’élève à 64,7%, en nette amélioration de 2,7 points de pourcentage par rapport au quatrième trimestre 2018. L’efficacité opérationnelle se poursuit, le Groupe dégage un effet ciseaux significativement positif de +4,4 points de pourcentage.

Le résultat brut d’exploitation sous-jacent est donc en hausse à 3 035 millions d’euros par rapport au quatrième trimestre 2018 (+15,7%).

Le coût du risque de crédit est sdiv (-1,0%), à -494 millions d'euros contre -499 millions d'euros au quatrième trimestre 2018. Cette variation provient notamment du pôle Grandes clientèles, où le coût du risque de crédit revient à un niveau normal, avec des dotations nettes de -55 millions d’euros alors que des reprises nettes avaient été enregistrées pour +26 millions d’euros au quatrième trimestre de 2018. Le coût du risque sur encours21 du groupe Crédit Agricole s’établit à 20 points de base, en hausse de +2 points de base par rapport au quatrième trimestre 2018, mais à un bas niveau, inférieur à l’hypothèse du Plan à moyen terme de 25 points de base.

En intégrant la contribution des sociétés mises en équivalence, en hausse de +7,5% de 77 à 83 millions d’euros, du fait de la bonne performance des Joint-Ventures en gestion d’actifs (en Inde notamment), le résultat avant impôt sous-jacent s’établit à 2 646 millions d'euros, en hausse de +21,6% par rapport au quatrième trimestre 2018.

La charge d’impôt sous-jacente est en hausse de +27,4% par rapport au quatrième trimestre 2018, faisant apparaître un taux d’impôt sous-jacent en hausse de +0,9 point de pourcentage de 19,6% à 20,5%. Ainsi, le résultat net sous-jacent avant déduction des minoritaires est en hausse de +20,3% et le résultat net part du Groupe sous-jacent hausse de +22,1% par rapport au quatrième trimestre 2018.

Les éléments spécifiques ont eu un effet net positif ce trimestre sur le résultat net part du Groupe de +200 millions d’euros. Ils comprennent la décision favorable du Conseil d’Etat sur le litige du traitement fiscal des titres Emporiki pour +1 038 millions d’euros, les coûts d’intégration et d’acquisition par CACEIS de Santander et Kas Bank (respectivement -15 millions d’euros en frais généraux/-11 millions d’euros en résultat net part du Groupe, et -6 millions d’euros en gains et pertes sur autres actifs/-5 millions d’euros en résultat net part du Groupe), un reclassement d’actifs en cours de cession pour -46 millions d’euros en résultat sur activités en cours de cession. L’acquisition de Kas Bank par CACEIS a généré un badwill pour +22 millions d’euros et l’écart d’acquisition de LCL a été partiellement déprécié pour -664 millions d’euros. Enfin, il faut ajouter les éléments de volatilité compdiv récurrents en résultat net part du Groupe, à savoir le DVA (Debt Valuation Adjustment, c’est-à-dire les gains et pertes sur instruments financiers liés aux variations du spread émetteur du Groupe) pour -4 millions d’euros, les couvertures de portefeuille de prêts en Grandes clientèles pour -12 millions d’euros et les variations de provisions épargne logement pour -119 millions d'euros.

Au quatrième trimestre 2018, les éléments spécifiques avaient affecté négativement le résultat net part du Groupe à hauteur de -55 millions d'euros, dont ‑14 millions d’euros venant des coûts d’intégration de Pioneer Investments (-27 avant impôts et minoritaires), -7 millions d’euros pour les coûts d’intégration des trois banques italiennes (-11 avant impôts et minoritaires), -67 millions d’euros au titre de l’amende FCA Bank et, enfin, +33 millions d’euros en résultat net part du Groupe liés aux éléments de volatilité compdivs récurrents soit le DVA pour +11 millions d’euros et les couvertures de portefeuilles de prêts dans le pôle Grandes clientèles pour +13 millions d’euros et les variations de provisions épargne logement pour +9 millions d'euros.

Sur l’année 2019, le résultat net part du Groupe sous-jacent est en hausse (+5,0%/+342 millions d’euros) par rapport à 2018, à 7 191 millions d'euros. La hausse du coût du risque de crédit (-117 millions d’euros) est attribuable au retour à un niveau normal du coût du risque en banque de financement et d’investissement. La hausse de la charge d’impôt (-202 millions d’euros) reste inférieure à la très bonne progression du résultat brut d’exploitation (+575 millions d’euros).

Le produit net bancaire sous-jacent enregistre une hausse de +3,0% et les charges d’exploitation sous-jacentes hors Fonds de Résolution Unique (FRU) restent très maîtrisées, à +1,7%. Le Groupe enregistre donc un effet ciseaux positif de +1,3 point de pourcentage sur l’année.

Résultats consolidés du Groupe Crédit Agricole en 2019 et en 2018

En m€ 2019
publié
2018
publié
Var 19/18
publié
2019
sous-jacent
2018
sous-jacent
Var 19/18
sous-jacent
        Produit net bancaire 33 297 32 839 +1,4% 33 790 32 813 +3,0% Charges d'exploitation hors FRU (21 386) (21 064) +1,5% (21 371) (21 005) +1,7% FRU (426) (389) +9,4% (426) (389) +9,4% Résultat brut d'exploitation 11 485 11 385 +0,9% 11 993 11 418 +5,0% Coût du risque de crédit (1 757) (1 640) +7,1% (1 757) (1 640) +7,1% Coût du risque juridique - (80) (100,0%) - (75) (100,0%) Sociétés mises en équivalence 356 266 +33,9% 356 333 +7,0% Gains ou pertes sur autres actifs 36 87 (59,0%) 42 87 (51,8%) Variation de valeur des écarts d'acquisition (642) 86 ns - - ns Résultat avant impôt 9 478 10 105 (6,2%) 10 634 10 123 +5,0% Impôt (1 737) (2 733) (36,5%) (2 945) (2 743) +7,4% Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession (38) (3) ns 8 (3) ns Résultat net 7 704 7 369 +4,5% 7 697 7 377 +4,3% Intérêts minoritaires (506) (525) (3,5%) (506) (527) (4,0%) Résultat net part du Groupe 7 198 6 844 +5,2% 7 191 6 849 +5,0% Coefficient d'exploitation hors FRU (%) 64,2% 64,1% +0,1 pp 63,2% 64,0% -0,8 pp

Caisses régionales

A fin décembre 2019, le niveau de conquête des Caisses régionales est très dynamique, à près de 1300 000 particuliers & entrepreneurs, et le fonds de commerce croît de +264 000 clients supplémentaires depuis le début de l’année, dont 185 000 clients particuliers. Le dynamisme du développement commercial des Caisses régionales participe de façon significative à la croissance des métiers de Crédit Agricole S.A., dont les Caisses régionales, premier réseau de banque de proximité en France, sont les premiers partenaires en Banque de proximité, témoignant de la force du modèle de banque universelle de proximité du Groupe. L’équipement des clients continue sa progression : le parc de cartes haut de gamme particuliers enregistre une hausse de +9% entre décembre 2018 et décembre 2019, le stock de contrats d’assurances de biens et de personnes augmente de +4,4%, et les encours de crédits à la consommation augmentent de +7,3%.

Les encours de crédit progressent de +6,7% par rapport à fin décembre 2018. Cette croissance est portée par les prêts à l’habitat (+7,6%) et les crédits aux entreprises (+6%).

Les encours de collecte progressent quant à eux de +5,9% sur un an, tirés par la collecte bilan (+6,3%), portée notamment par les dépôts à vue (+11,3%). La collecte hors-bilan progresse de 5,2% sur un an, tirée par les encours d’assurance vie (+5,3%).

La contribution des Caisses régionales au résultat net part du Groupe sous-jacent du Groupe Crédit Agricole s’élève à 680 millions d’euros, en forte hausse de +26,6% par rapport au quatrième trimestre 2018.

A 3 413 millions d’euros, le produit net bancaire sous-jacent est en hausse (+5,7%) par rapport au quatrième trimestre 2018. Cette progression s’explique par un effet marché favorable sur le portefeuille de placements et par une bonne tenue des commissions, permettant de compenser la pression sur les revenus d’intérêts.

Les charges d’exploitation sont en hausse de +1,8% par rapport au quatrième trimestre 2018, reflétant principalement la poursuite des investissements informatiques prévus dans le Plan à moyen terme du Groupe. Ainsi, le coefficient d’exploitation sous-jacent ressort à 66,7%, soit une baisse de 2,6 points de pourcentage.

Le coût du risque enregistre une baisse nodiv au quatrième trimestre 2019 à -155 millions d’euros par rapport au quatrième trimestre 2018 (-37,9%). Il représente 10 points de base rapporté aux encours22 (contre 14 points au quatrième trimestre 2018), et demeure à un niveau bas. Le taux d’encours douteux est en baisse à 1,87% (contre 2% à fin 2018) et le taux de couverture est toujours élevé à 99,1%.

Sur l’année 2019, la contribution des Caisses Régionales au résultat net part du Groupe sous-jacent atteint 2 597 millions d'euros, en hausse de +8,1%.

La performance des autres métiers du Groupe Crédit Agricole est détaillée dans la partie Crédit Agricole S.A. de ce communiqué.

Solidité financière

Sur le trimestre, le Groupe Crédit Agricole a maintenu un haut niveau de solidité financière, avec un ratio Common Equity Tier 1 (CET1) de 15,9%, en hausse de +0,4 point de pourcentage par rapport à fin septembre 2019. Ce ratio présente un coussin substantiel, de 6,2 points de pourcentage, par rapport à l’exigence SREP pour le Groupe Crédit Agricole fixée par la BCE à 9,7% (y compris coussin contra-cyclique).

Le ratio MREL est estimé à 33% des actifs pondérés par les risques (emplois pondérés) au 31 décembre 2019. Il s’établit à 22,6% sans inclure de dette senior préférée éligible, en hausse de 120 points de base sur l’année. L’objectif du Plan à moyen terme du Groupe Crédit Agricole est d’atteindre d’ici fin 2022 un ratio de MREL subordonné (hors dette senior préférée éligible) à 24-25% des emplois pondérés. Exprimé en pourcentage du total des passifs et des fonds propres de l’établissement, après certains retraitements prudentiels (Total Liabilities Own Funds – TLOF), le ratio MREL s’établit à 8,5% au 31 décembre 2019, hors dette senior préférée éligible. Il est conforme à l’objectif du Plan à moyen terme de maintenir ce ratio au-dessus de 8% du TLOF, niveau qui permettrait le recours au Fonds de Résolution Unique, sous réserve de la décision de l’Autorité de résolution.

Les exigences de ratio TLAC sont applicables depuis le 27 juin 2019, avec l’entrée en vigueur du règlement européen CRR2 (Capital Requirement Regulation 2). Au 31 décembre 2019, le ratio TLAC du Groupe Crédit Agricole s’établit à 22,6% des emplois pondérés et 7,6% de l’exposition en levier (Leverage Risk Exposure – LRE), sans inclure de dette senior préférée éligible. Le ratio TLAC progresse de 40 points de base par rapport au 30 septembre 2019 grâce au renforcement du CET1 (gain fiscal lié à Emporiki) et à l’émission de dette senior non préférée Green en octobre. Sur un an, il progresse de 120 points de base. Les niveaux de ratios TLAC du groupe Crédit Agricole au 31 décembre 2019 restent bien supérieurs aux exigences CRR2/CRDV23, de respectivement 2,9 points de pourcentage en emplois pondérés et 1,6 point de pourcentage en LRE.

Le ratio de levier phasé ressort à 5,7%, à fin décembre 2019.

La situation de liquidité du Groupe Crédit Agricole est solide. Le bilan cash bancaire du Groupe, à 1 331 milliards d’euros au 31 décembre 2019, fait apparaître un excédent de ressources sdivs par rapport aux emplois sdivs de 126 milliards d’euros, en augmentation de 8 milliards d’euros par rapport à fin septembre 2019 et en ligne avec l’objectif du Plan à moyen terme (supérieur à 100 milliards d’euros). L’excédent de ressources sdivs finance le portefeuille de titres HQLA (High Quality Liquid Assets) généré par l’exigence LCR (Liquidity Coverage Ratio) des activités clientèle ou liées à la clientèle. Ces titres (108 milliards d’euros) couvrent plus de 5 fois l’endettement court terme net des dépôts banques centrales.

Les réserves de liquidité, incluant les plus‑values et les décotes liées au portefeuille de titres, s’élèvent à 298 milliards d’euros au 31 décembre 2019. Le ratio LCR moyen sur douze mois s’élève à 128,8%24 à fin décembre 2019, soit un niveau supérieur à l’objectif du Plan à moyen terme d’environ 110%.

Les principaux émetteurs du Groupe ont levé sur le marché l’équivalent de 38,4 milliards d’euros de dette à moyen long terme à fin décembre 2019, dont 43% émis par Crédit Agricole S.A. Par ailleurs, 3,9 milliards d’euros ont également été placés dans les réseaux des Banques de proximité du Groupe Crédit Agricole (Caisses régionales, LCL et CA Italia) et d’autres réseaux externes ainsi qu’auprès d’organismes supranationaux à fin décembre 2019.

*           *

*

Commentant ces résultats et l’activité du Groupe au quatrième trimestre 2019 et sur l’année 2019, Dominique Lefebvre, Président de la SAS Rue La Boétie et Président du Conseil d’administration de Crédit Agricole S.A., a indiqué : « En 2019, tous les métiers du Groupe ont poursuivi leur développement, en France comme à l’international. En cohérence avec notre Raison d’Etre ‘Agir chaque jour dans l’intérêt de nos clients et de la société’, formulée à l’occasion de la présentation de notre Plan moyen à terme en juin, la satisfaction clients a progressé sur tous les segments. Nous avons intensifié notre relation avec nos clients, notamment dans le cadre de la démarche Trajectoires patrimoine, qui nous a permis de rencontrer 500 000 clients, et nous avons lancé des offres innovantes, comme EKO, LCL Essentiel, ou Je suis entrepreneur. Les 142 000 collaborateurs du Groupe sont engagés au service des clients. Je suis fier que le Groupe Crédit Agricole ait été classé premier des services financiers en France en matière de diversité par le Financial Times, et que nous intensifions notre engagement sociétal, aussi bien en matière de finance inclusive, avec l’émission de 3,7 Mds€ de social bonds par Crédit Agricole CIB, et la croissance de près de 26% des encours à impact social d’Amundi, qu’en matière de finance verte, avec la définition d’une stratégie climat ambitieuse, et des émissions cette année de green bonds et de green covered bonds ».


Annexe 1 – Eléments spécifiques, Crédit Agricole S.A. et Groupe Crédit Agricole 

Crédit Agricole S.A. - Eléments spécifiques, T4-19 et T4-18, 2019 et 2018

   T4-19 T4-18   2019 2018 En m€   Impact
brut*
Impact en
RNPG
Impact
brut*
Impact en
RNPG
  Impact
brut*
Impact en
RNPG
Impact
brut*
Impact en
RNPG
DVA (GC)   (6) (4) 15 11   (21) (15) 22 16 Couvertures de portefeuilles de prêts (GC)   (16) (11) 17 12   (44) (32) 23 17 Provisions Epargne logement (LCL)   (12) (8) 1 1   (31) (20) (1) (1) Provisions Epargne logement (AHM)   (32) (21) 6 4   (90) (59) (3) (2) Total impact en PNB   (66) (44) 39 28   (186) (126) 41 30 Coûts d'intégration Santander/Kas Bank (GC)   (15) (11) - -   (15) (11) - - Coûts d'intégration Pioneer (GEA)   - - (27) (14)   - - (56) (29) Coûts d'intégration 3 banques italiennes (BPI)   - - (11) (6)   - - (2) (1) Total impact en Charges   (15) (11) (38) (20)   (15) (11) (59) (30) Amende BCE (AHM)   - - - -   - - (5) (5) Total impact Prov. risque juridique non allouées   - - - -   - - (5) (5) Amende FCA Bank (SFS)   - - (67) (67)   - - (67) (67) Total impact en Mises en équivalence   - - (67) (67)   - - (67) (67) Dépréciation écart d'acquisition LCL (AHM)   (611) (611) - -   (611) (611) - - Badwill Kas Bank (GC)   22 22 - -   22 22 - - Variation des écarts d'acquisition (AHM)(1)   - - - -   - - 86 66 Total impact variation des écarts d'acquisition   (589) (589) - -   (589) (589) 86 66 Litige Emporiki (AHM)   - 1 038 - -   - 1 038 - - Total impact en Impôts   - 1 038 - -   - 1 038 - - Coûts d'acquisition Santander/Kas Bank (GC)   (6) (5) - -   (6) (5) - - Total impact en Gains/pertes nets sur autres actifs   (6) (5) - -   (6) (5) - - Reclassement d’actifs en cours de cession (BPI)   (46) (46) - -   (46) (46) - - Total impact en Activités en cours de cession   (46) (46) - -   (46) (46) - - Impact total des retraitements   (723) 343 (66) (59)   (843) 262 (4) (5) Gestion de l'épargne et Assurances   - - (27) (14)   - - (56) (29) Banque de proximité-France   (12) (8) 1 1   (31) (20) (1) (1) Banque de proximité-International   (46) (46) (11) (6)   (46) (46) (2) (1) Services financiers spécialisés   - - (67,0) (67)   - - (67,0) (67) Grandes Clientèles   (22) (9) 32 23   (65) (40) 45 33 Activités hors métiers   (643) 406 6 4   (701) 368 78 59 * Impacts avant impôts et avant intérêts minoritaires           

Groupe Crédit Agricole - Eléments spécifiques, T4-19 et T4-18, 2019 et 2018

    T4-19 T4-18   2019 2018 En m€   Impact
brut*
Impact en
RNPG
Impact
brut*
Impact en
RNPG
  Impact
brut*
Impact en
RNPG
Impact
brut*
Impact en
RNPG
               DVA (GC)   (6) (4) 15 11   (21) (16) 22 16 Couvertures de portefeuilles de prêts (GC)   (16) (12) 17 13   (44) (32) 23 17 Provisions Epargne logement (LCL)   (12) (8) 1 1   (31) (20) (1) (1) Provisions Epargne logement (AHM)   (32) (21) 6 4   (90) (59) (3) (2) Provisions Epargne logement (CR)   (137) (90) 7 4   (307) (201) (15) (10) Total impact en PNB   (202) (135) 46 33   (493) (329) 26 21 Coûts d'intégration Santander/Kas Bank (GC)   (15) (11) - -   (15) (11) - - Coûts d'intégration Pioneer (GEA)   - - (27) (14)   - - (56) (29) Coûts d'intégration 3 banques italiennes (BPI)   - - (11) (7)   - - (2) (0) Total impact en Charges   (15) (11) (38) (21)   (15) (11) (59) (29) Amende BCE (AHM)   - - - -   - - (5) (5) Total impact Prov. risque juridique non allouées   - -       - - (5) (5)  Amende FCA Bank (SFS)   - - (67) (67)   - - (67) (67) Total impact en Mises en équivalence

    - - (67) (67)   - - (67) (67) Dépréciation goodwill LCL (AHM)   (664) (664) - -   (664) (664) - - Badwill Kas Bank (GC)   22 22 - -   22 22 - - Variation des écarts d'acquisition (AHM)   - - - -   - - 86 74 Total impact variation des écarts d'acquisition   (642) (642) - -   (642) (642) 86 74 Coûts d'acquisition Santander/Kas Bank (GC)   (6) (5) - -   (6) (5) - - Total impact en Gains/pertes nets sur autres actifs   (6) (5) - -   (6) (5) - - Litige Emporiki (AHM)   - 1 038 - -   - 1 038 - - Total impact en Impôts   - 1 038 - -   - 1 038 - - Reclassement d’actifs en cours de cession (BPI)   (46) (46) - -   (46) (46) - - Total impact en Activités en cours de cession   (46) (46) - -   (46) (46) - - Impact total des retraitements   (912) 200 (59) (55)   (1 202) 6 (19) (5) Gestion de l'épargne et Assurances   - - (27) (14)   - - (56) (29) Banque de proximité-France   (149) (98) 8 5   (338) (222) (16) (10) Banque de proximité-International   (46) (46) (11) (7)   (46) (46) (2) (0) Services financiers spécialisés   - - (67,0) (67)   - - (67) (67) Grandes Clientèles   (22) (10) 32 24   (65) (42) 45 34 Activités hors métiers   (696) 353 6 4   (754) 315 78 67


Annexe 2 – Crédit Agricole S.A. : Compte de résultat détaillé, publié et sous-jacent

Crédit Agricole S.A. – Passage du résultat publié au sous-jacent, T4-19 et T4-18

En m€ T4-19
publié Eléments spécifiques T4-19
sous-jacent T4-18
publié Eléments spécifiques T4-18
sous-jacent T4/T4
publié T4/T4
sous-jacent           Produit net bancaire 5 119 (66) 5 184 4 853 39 4 814 +5,5% +7,7% Charges d'exploitation hors FRU (3 260) (15) (3 244) (3 213) (38) (3 175) +1,5% +2,2% FRU (0) - (0) - - - ns ns Résultat brut d'exploitation 1 859 (81) 1 940 1 641 1 1 640 +13,3% +18,3% Coût du risque de crédit (340) - (340) (246) - (246) +38,0% +38,0% Coût du risque juridique - - - (75) - (75) (100,0%) (100,0%) Sociétés mises en équivalence 76 - 76 7 (67) 74 x 10,3 +2,6% Gains ou pertes sur autres actifs 14 (6) 20 56 - 56 (74,7%) (63,7%) Variation de valeur des écarts d'acquisition (589) (589) - - - - ns ns Résultat avant impôt 1 021 (677) 1 697 1 383 (66) 1 450 (26,2%) +17,1% Impôt 847 1 065 (219) (222) (1) (221) ns (1,0%) Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession (46) (46) (0) (0) - (0) ns ns Résultat net 1 821 342 1 479 1 161 (67) 1 229 +56,8% +20,4% Intérêts minoritaires (160) 1 (161) (154) 8 (162) +4,0% (0,6%) Résultat net part du Groupe 1 661 343 1 318 1 008 (59) 1 067 +64,9% +23,5% Bénéfice par action (€) 0,54 0,12 0,42 0,31 (0,02) 0,33 +75,5% +28,1% Coefficient d'exploitation hors FRU (%) 63,7%   62,6% 66,2%   65,9% -2,5 pp -3,4 pp           Résultat net part du groupe hors FRU 1 661 343 1 318 1 008 (59) 1 067 +64,9% +23,5%

Crédit Agricole S.A. – Passage du résultat publié au sous-jacent, 2019 et 2018

En m€ 2019
publié Eléments spécifiques 2019
sous-jacent 2018
publié Eléments spécifiques 2018
sous-jacent 19/18
publié 19/18
sous-jacent           Produit net bancaire 20 153 (186) 20 339 19 736 41 19 694 +2,1% +3,3% Charges d'exploitation hors FRU (12 421) (15) (12 405) (12 286) (59) (12 227) +1,1% +1,5% FRU (340) - (340) (302) - (302) +12,5% +12,5% Résultat brut d'exploitation 7 392 (201) 7 594 7 147 (18) 7 165 +3,4% +6,0% Coût du risque de crédit (1 256) - (1 256) (1 002) - (1 002) +25,5% +25,5% Coût du risque juridique - - - (80) (5) (75) (100,0%) (100,0%) Sociétés mises en équivalence 352 - 352 256 (67) 323 +37,6% +9,0% Gains ou pertes sur autres actifs 54 (6) 60 89 - 89 (39,5%) (32,5%) Variation de valeur des écarts d'acquisition (589) (589) - 86 86 - ns ns Résultat avant impôt 5 952 (797) 6 749 6 496 (4) 6 500 (8,4%) +3,8% Impôt (456) 1 103 (1 559) (1 466) 5 (1 471) (68,9%) +6,0% Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession (38) (46) 8 (3) - (3) ns ns Résultat net 5 458 260 5 198 5 027 2 5 026 +8,6% +3,4% Intérêts minoritaires (614) 2 (616) (627) (7) (620) (2,1%) (0,7%) Résultat net part du Groupe 4 844 262 4 582 4 400 (5) 4 405 +10,1% +4,0% Bénéfice par action (€) 1,48 0,09 1,39 1,39 (0,00) 1,39 +6,9% +0,1% Coefficient d'exploitation hors FRU (%) 61,6%   61,0% 62,3%   62,1% -0,6 pp -1,1 pp           Résultat net part du groupe hors FRU 5 159 262 4 897 4 687 (5) 4 692 +10,1% +4,4%


Annexe 3 – Crédit Agricole S.A. : Résultats par pôle

Crédit Agricole S.A. – Résultats par pôle, T4-19 et T4-18

 T4-19 (publié)  En m€ GEA BP (LCL) BPI SFS GC AHM Total                 Produit net bancaire 1 623 851 713 672 1 401 (141) 5 119 Charges d'exploitation hors FRU (746) (598) (454) (331) (902) (229) (3 260) FRU - 0 (0) (0) 0 (0) (0) Résultat brut d'exploitation 877 254 259 341 499 (370) 1 859 Coût du risque de crédit (5) (64) (78) (127) (55) (10) (340) Coût du risque juridique - - - - - - - Sociétés mises en équivalence 14 - - 65 3 (5) 76 Gains ou pertes nets sur autres actifs 11 1 3 (0) 7 (8) 14 Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - 22 (611) (589) Résultat avant impôt 896 191 184 278 476 (1 004) 1 021 Impôts (224) (53) (49) (40) (67) 1 278 847 Rés. net des activités abandonnées - - (46) - - (0) (46) Résultat net 672 138 90 238 409 274 1 821 Intérêts minoritaires (90) (6) (31) (25) (10) 2 (160) Résultat net part du Groupe 583 132 59 213 399 276 1 661


 T4-18 (publié)  En m€ GEA BP (LCL) BPI SFS GC AHM Total                 Produit net bancaire 1 470 842 704 690 1 210 (63) 4 853 Charges d'exploitation hors FRU (724) (597) (467) (356) (813) (256) (3 213) FRU - - - - - - - Résultat brut d'exploitation 746 245 237 335 397 (319) 1 641 Coût du risque de crédit (22) (63) (84) (99) 26 (5) (246) Coût du risque juridique - - - - - (75) (75) Sociétés mises en équivalence 10 - - (2) (1) 1 7 Gains ou pertes nets sur autres actifs (1) 47 14 (0) (0) (3) 56 Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - - - - Résultat avant impôt 733 230 167 233 422 (401) 1 383 Impôts (176) (87) (39) (40) (79) 199 (222) Rés. net des activités abandonnées (0) - - - - - (0) Résultat net 558 142 127 194 343 (202) 1 161 Intérêts minoritaires (60) (6) (32) (40) (6) (10) (154) Résultat net part du Groupe 498 136 96 154 337 (213) 1 008

Crédit Agricole S.A. – Résultats par pôle, 2019 et 2018

 2019 (publié)  En m€ GEA BP (LCL) BPI SFS GC AHM Total                 Produit net bancaire 6 078 3 457 2 796 2 716 5 603 (497) 20 153 Charges d'exploitation hors FRU (2 896) (2 340) (1 731) (1 343) (3 321) (789) (12 421) FRU (7) (32) (22) (18) (177) (83) (340) Résultat brut d'exploitation 3 174 1 086 1 042 1 354 2 105 (1 369) 7 392 Coût du risque de crédit (19) (217) (335) (497) (160) (28) (1 256) Coût du risque juridique - - - - - - - Sociétés mises en équivalence 46 - - 295 4 6 352 Gains ou pertes nets sur autres actifs 32 2 2 0 6 12 54 Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - 22 (611) (589) Résultat avant impôt 3 233 870 710 1 152 1 978 (1 991) 5 952 Impôts (881) (274) (199) (233) (407) 1 539 (456) Rés. net des activités abandonnées 8 - (46) - - (0) (38) Résultat net 2 360 596 465 919 1 570 (452) 5 458 Intérêts minoritaires (326) (27) (132) (104) (32) 7 (614) Résultat net part du Groupe 2 034 570 333 815 1 538 (445) 4 844


 2018 (publié)  En m€ GEA BP (LCL) BPI SFS GC AHM Total                 Produit net bancaire 5 778 3 433 2 732 2 769 5 368 (344) 19 736 Charges d'exploitation hors FRU (2 833) (2 363) (1 716) (1 362) (3 169) (842) (12 286) FRU (3) (28) (22) (18) (170) (62) (302) Résultat brut d'exploitation 2 941 1 043 994 1 389 2 030 (1 249) 7 147 Coût du risque de crédit (17) (220) (358) (467) 64 (5) (1 002) Coût du risque juridique - - - - - (80) (80) Sociétés mises en équivalence 47 - - 187 0 21 256 Gains ou pertes nets sur autres actifs (3) 50 14 1 14 13 89 Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - - 86 86 Résultat avant impôt 2 969 873 650 1 110 2 108 (1 213) 6 496 Impôts (774) (288) (185) (244) (550) 576 (1 466) Rés. net des activités abandonnées (1) (1) - (0) - - (3) Résultat net 2 193 584 465 866 1 557 (638) 5 027 Intérêts minoritaires (285) (26) (124) (128) (30) (35) (627) Résultat net part du Groupe 1 908 558 341 738 1 528 (672) 4 400


Annexe 4 – Groupe Crédit Agricole : Compte de résultat détaillé, publié et sous-jacent

Groupe Crédit Agricole – Passage du résultat publié au sous-jacent, T4-19 et T4-18

En m€ T4-19
publié
Eléments spécifiques T4-19
sous-jacent
T4-18
publié
Eléments spécifiques T4-18
sous-jacent
T4/T4
publié
T4/T4
sous-jacent
          Produit net bancaire 8 399 (202) 8 602 8 110 46 8 064 +3,6% +6,7% Charges d'exploitation hors FRU (5 582) (15) (5 566) (5 478) (38) (5 440) +1,9% +2,3% FRU - - - - - - ns ns Résultat brut d'exploitation 2 818 (218) 3 035 2 632 8 2 624 +7,1% +15,7% Coût du risque de crédit (494) - (494) (499) - (499) (1,0%) (1,0%) Coût du risque juridique - - - (75) - (75) (100,0%) (100,0%) Sociétés mises en équivalence 83 - 83 10 (67) 77 x 8 +7,5% Gains ou pertes sur autres actifs 15 (6) 21 48 - 48 (69,2%) (56,1%) Variation de valeur des écarts d'acquisition (642) (642) - - - - ns ns Résultat avant impôt 1 780 (866) 2 646 2 116 (59) 2 175 (15,9%) +21,6% Impôt 587 1 112 (525) (416) (3) (412) ns +27,4% Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession (46) (46) (0) (0) - (0) x 1768,1 x 8,1 Résultat net 2 320 200 2 120 1 700 (63) 1 763 +36,5% +20,3% Intérêts minoritaires (134) - (134) (130) 8 (137) +3,7% (2,1%) Résultat net part du Groupe 2 186 200 1 986 1 571 (55) 1 626 +39,2% +22,1% Coefficient d'exploitation hors FRU (%) 66,5%   64,7% 67,5%   67,5% -1,1 pp -2,7 pp                   Résultat net part du Groupe hors FRU 2 186 200 1 986 1 571 (55) 1 626 +39,2% +22,1%

Groupe Crédit Agricole – Passage du résultat publié au sous-jacent, 2019 et 2018

En m€ 2019
publié
Eléments spécifiques 2019
sous-jacent
2018
publié
Eléments spécifiques 2018
sous-jacent
19/18
publié 19/18
sous-jacent
          Produit net bancaire 33 297 (493) 33 790 32 839 26 32 813 +1,4% +3,0% Charges d'exploitation hors FRU (21 386) (15) (21 371) (21 064) (59) (21 005) +1,5% +1,7% FRU (426) - (426) (389) - (389) +9,4% +9,4% Résultat brut d'exploitation 11 485 (508) 11 993 11 385 (32) 11 418 +0,9% +5,0% Coût du risque de crédit (1 757) - (1 757) (1 640) - (1 640) +7,1% +7,1% Coût du risque juridique - - - (80) (5) (75) (100,0%) (100,0%) Sociétés mises en équivalence 356 - 356 266 (67) 333 +33,9% +7,0% Gains ou pertes sur autres actifs 36 (6) 42 87 - 87 (59,0%) (51,8%) Variation de valeur des écarts d'acquisition (642) (642) - 86 86 - ns ns Résultat avant impôt 9 478 (1 156) 10 634 10 105 (19) 10 123 (6,2%) +5,0% Impôt (1 737) 1 208 (2 945) (2 733) 10 (2 743) (36,5%) +7,4% Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession (38) (46) 8 (3) - (3) x 12,5 ns Résultat net 7 704 6 7 697 7 369 (8) 7 377 +4,5% +4,3% Intérêts minoritaires (506) - (506) (525) 3 (527) (3,5%) (4,0%) Résultat net part du Groupe 7 198 6 7 191 6 844 (5) 6 849 +5,2% +5,0% Coefficient d'exploitation hors FRU (%) 64,2%   63,2% 64,1%   64,0% +0,1 pp -0,8 pp           Résultat net part du Groupe hors FRU 7 604 6 7 597 7 221 (5) 7 226 +5,3% +5,1%


Annexe 5 – Groupe Crédit Agricole : Résultats par pôle

Groupe Crédit Agricole – Résultats par pôles, T4-19 et T4-18

  T4-19 (publié)  En m€ CR LCL BPI GEA SFS GC AHM Total                   Produit net bancaire 3 276 851 740 1 621 672 1 401 (163) 8 399 Charges d'exploitation hors FRU (2 276) (598) (478) (746) (331) (902) (251) (5 582) FRU - - - - - - - - Résultat brut d'exploitation 1 000 254 262 875 341 499 (414) 2 818 Coût du risque de crédit (155) (64) (77) (5) (127) (55) (10) (494) Coût du risque juridique - - - - - - - - Sociétés mises en équivalence 2 - - 14 65 3 - 83 Gains ou pertes nets sur autres actifs 1 1 3 11 (0) 7 (8) 15 Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - - 22 (664) (642) Résultat avant impôt 848 191 188 895 278 476 (1 096) 1 780 Impôts (257) (53) (49) (225) (40) (67) 1 277 587 Rés. net des activités abandonnées - - (46) - - - (0) (46) Résultat net 590 138 93 670 238 409 181 2 320 Intérêts minoritaires (0) (0) (25) (85) (25) (1) 2 (134) Résultat net part du Groupe 590 138 69 585 213 408 184 2 186


  T4-18 (publié)    En m€ CR LCL GEA BPI SFS GC AHM Total                   Produit net bancaire 3 235 841 1 469 730 690 1 210 (66) 8 110 Charges d'exploitation hors FRU (2 236) (597) (724) (488) (356) (813) (266) (5 478) FRU - - - - - - - - Résultat brut d'exploitation 1 000 244 745 243 335 397 (331) 2 632 Coût du risque de crédit (250) (63) (22) (84) (99) 26 (8) (499) Coût du risque juridique - - - - - - (75) (75) Sociétés mises en équivalence 4 - 10 - (2) (1) - 10 Gains ou pertes nets sur autres actifs (9) 47 (1) 14 (0) (0) (3) 48 Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - - - - - Résultat avant impôt 745 229 732 173 233 422 (418) 2 116 Impôts (204) (87) (175) (41) (40) (79) 210 (416) Rés. net des activités abandonnées - - (0) - - - - (0) Résultat net 541 142 557 132 194 343 (208) 1 700 Intérêts minoritaires 0 0 (57) (26) (40) 1 (8) (130) Résultat net part du Groupe 541 142 500 106 154 344 (216) 1 571

Groupe Crédit Agricole – Résultats par pôles 2019 et 2018

  2019 (publié)  En m€ CR LCL BPI GEA SFS GC AHM Total                   Produit net bancaire 13 117 3 457 2 898 6 061 2 716 5 601 (553) 33 297 Charges d'exploitation hors FRU (8 836) (2 340) (1 813) (2 897) (1 343) (3 321) (837) (21 386) FRU (86) (32) (22) (7) (18) (177) (83) (426) Résultat brut d'exploitation 4 196 1 085 1 063 3 157 1 354 2 103 (1 473) 11 485 Coût du risque de crédit (498) (217) (337) (19) (497) (159) (29) (1 757) Coût du risque juridique - - - - - - - - Sociétés mises en équivalence 11 - - 46 295 4 - 356 Gains ou pertes nets sur autres actifs (6) 2 2 32 0 6 (1) 36 Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - - 22 (664) (642) Résultat avant impôt 3 703 870 728 3 215 1 152 1 976 (2 166) 9 478 Impôts (1 307) (274) (201) (879) (233) (407) 1 564 (1 737) Rés. net des activités abandonnées - - (46) 8 - - (0) (38) Résultat net 2 396 596 481 2 345 919 1 569 (602) 7 704 Intérêts minoritaires (0) (0) (105) (309) (104) (0) 14 (506) Résultat net part du Groupe 2 396 596 375 2 035 815 1 569 (588) 7 198


  2018 (publié)  En m€ CR LCL GEA BPI SFS GC AHM Total                   Produit net bancaire 13 040 3 433 5 770 2 835 2 769 5 370 (377) 32 839 Charges d'exploitation hors FRU (8 657) (2 363) (2 833) (1 790) (1 362) (3 169) (890) (21 064) FRU (87) (28) (3) (22) (18) (170) (62) (389) Résultat brut d'exploitation 4 296 1 042 2 934 1 023 1 389 2 031 (1 329) 11 385 Coût du risque de crédit (634) (220) (17) (359) (467) 64 (8) (1 640) Coût du risque juridique - - - - - - (80) (80) Sociétés mises en équivalence 12 - 47 - 187 0 19 266 Gains ou pertes nets sur autres actifs (1) 50 (3) 14 1 14 13 87 Variation de valeur des écarts d'acquisition - - - - - - 86 86 Résultat avant impôt 3 673 872 2 961 678 1 110 2 109 (1 299) 10 105 Impôts (1 280) (288) (773) (191) (244) (551) 594 (2 733) Rés. net des activités abandonnées - (1) (1) - (0) - - (3) Résultat net 2 393 583 2 186 487 866 1 559 (705) 7 369 Intérêts minoritaires (0) 0 (271) (101) (128) 2 (27) (525) Résultat net part du Groupe 2 393 583 1 916 386 738 1 560 (732) 6 844


Annexe 6 – Méthodes de calcul du bénéfice par action, de l’actif net par action et du ROTE

Crédit Agricole S.A. – Calcul du bénéfice par action, de l’actif net par action et du ROTE

(en m€)   T4-19 T4-18   2019 2018   T4/T4 19/18 Résultat net part du Groupe - publié   1 661 1 008   4 844 4 400   +64,9% +10,1% - Intérêts sur AT1 y compris frais d’émission, avant IS   (105) (127)   (587) (443)   -17,3% +32,5% RNPG attribuable aux actions ordinaires - publié [A] 1 556 881   4 257 3 957   +76,7% +7,6% Nombre d'actions moyen, hors titres d'auto-contrôle (m) [B] 2 883,5 2 863,0   2 873,4 2 853,7   +0,7% +0,7% Résultat net par action  - publié [A]/[B] 0,54 € 0,31 €   1,48 € 1,39 €   +75,5% +6,9% RNPG sous-jacent   1 318 1 067   4 582 4 405   +23,5% +4,0% RNPG sous-jacent attribuable aux actions ordinaires [C] 1 213 940   3 995 3 962   +29,0% +0,8% Résultat net par action - sous-jacent [C]/[B] 0,42 € 0,33 €   1,39 € 1,39 €   +28,1% +0,1%


(en m€)   31/12/2019 31/12/2018 Capitaux propres - part du Groupe   62 921 58 811 - Emissions AT1   (5 134) (5 011) - Réserves latentes OCI - part du Groupe   (2 993) (1 696) - Projet distribution de dividende sur résultat annuel*   (2 019) (1 975) Actif net non réévalué (ANC) attrib. aux actions ord. [D] 52 774 50 129 - Écarts d’acquisition & incorporels** - part du Groupe   (18 011) (17 843) ANC tangible non réévalué (ANT) attrib. aux actions ord. [E] 34 764 32 286 Nombre d'actions, hors titres d'auto-contrôle (fin de période, m) [F] 2 884,3 2 862,1 ANC par action, après déduction du dividende à verser (€) [D]/[F] 18,3 € 17,5 € + Dividende à verser (€) [H] 0,70 € 0,69 € ANC par action, avant déduction du dividende (€)   19,0 € 18,2 € ANT par action, après déduction du dividende à verser (€) [G]=[E]/[F] 12,1 € 11,3 € ANT par action, avt déduct. du divid. à verser (€) [G]+[H] 12,8 € 12,0 €


(en m€)     2019 2018 Résultat net part du Groupe attribuable aux actions ordinaires [H]   4 257 3 957 AN tangible moyen non réévalué attrib. aux actions ordin.*** [J]   33 525 31 120 ROTE publié (%) [H]/[J]   12,7% 12,7% RNPG sous-jacent attribuable aux actions ordin. (annualisé) [I]   3 995 3 962 ROTE sous-jacent (%) [I]/[J]   11,9% 12,7% *** y compris hypothèse de distribution du résultat en cours de formation        


Avertissement

L’information financière de Crédit Agricole S.A. et du Groupe Crédit Agricole pour le quatrième trimestre et l’année 2019 est constituée de cette présentation, du communiqué de presse et du rapport financier trimestriel attachés, disponibles sur le site https://www.credit-agricole.com/finance/finance/publications-financieres.

Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l’information sur les tendances. Ces données ne constituent pas des prévisions au sens du règlement européen n°809/2004 du 29 avril 2004 (chapitre 1, article 2, § 10).

Ces éléments sont issus de scenarii fondés sur un certain nombre d’hypothèses économiques dans un contexte concurrentiel et réglementaire donné. Par nature, ils sont donc soumis à des aléas qui pourraient conduire à la non-réalisation des projections et résultats mentionnés. De même, les informations financières reposent sur des estimations notamment lors des calculs de valeur de marché et des montants de dépréciations d’actifs.

Le lecteur doit prendre en considération l’ensemble de ces facteurs d’incertitudes et de risques avant de fonder son propre jugement.

Normes applicables et comparabilité

Les chiffres présentés au titre de la période de douze mois close au 31 décembre 2019 ont été établis en conformité avec le référentiel IFRS tel qu’adopté par l’Union européenne et applicable à cette date, et avec la réglementation prudentielle en vigueur à ce jour. Les procédures d’audit menées par les commissaires aux comptes sur les états financiers consolidés sont en cours.

Note : Les périmètres de consolidation des groupes Crédit Agricole S.A. et Crédit Agricole n’ont pas changé de façon matérielle depuis l’enregistrement auprès de l’AMF du Document de Référence 2018 de Crédit Agricole S.A. et de l’actualisation A.01 de ce Document de Référence 2018 comprenant les informations réglementées pour le Groupe Crédit Agricole.

La somme des valeurs contenues dans les divaux et analyses peut différer légèrement du total en raison de l’absence de gestion des arrondis.

Depuis le 3 mai 2018, Banca Leonardo a été intégrée dans le périmètre de consolidation du Groupe Crédit Agricole en tant que filiale de Indosuez Wealth Management. Les données historiques n’ont pas fait l’objet d’un proforma.

Depuis le 30 septembre 2019, Kas Bank a été intégrée dans le périmètre de consolidation du Groupe Crédit Agricole en tant que filiale de CACEIS. SoYou a également été intégrée au périmètre de consolidation en tant qu’entreprise co-détenue par Crédit Agricole Consumer Finance et Bankia. Les données historiques n’ont pas fait l’objet d’un proforma.

Depuis le 23 décembre 2019, Caceis et Santander Securities Services (S3) rapprochent leurs activités. A compter de cette date, Crédit Agricole S.A. et Santander détiennent respectivement 69,5 % et 30,5 % du capital de CACEIS.


Agenda financier

6 mai 2020                     Publication des résultats du premier trimestre 2020
13 mai 2020                    Assemblée générale à Paris
6 août 2020                    Publication des résultats du deuxième trimestre et du premier semestre 2020
4 novembre 2020                        Publication des résultats du troisième trimestre et des neuf mois 2020

Contacts

 

Contacts presse crédit agricole

 

Charlotte de Chavagnac         + 33 1 57 72 11 17                                [email protected]
Olivier Tassain                           + 33 1 43 23 25 41                                [email protected]
Bertrand Schaefer                    + 33 1 49 53 43 76                                [email protected]

 

Contacts relations investisseurs crédit agricole s.a

 

Investisseurs institutionnels + 33 1 43 23 04 31 [email protected] Actionnaires individuels + 33 800 000 777 (numéro vert France uniquement) [email protected]       Clotilde L’Angevin + 33 1 43 23 32 45 [email protected] Investisseurs actions :     Toufik Belkhatir + 33 1 57 72 12 01 [email protected] Joséphine Brouard + 33 1 43 23 48 33 josé[email protected] Oriane Cante + 33 1 43 23 03 07 [email protected] Emilie Gasnier + 33 1 43 23 15 67 [email protected] Ibrahima Konaté + 33 1 43 23 51 35 [email protected] Vincent Liscia  + 33 1 57 72 38 48 [email protected] Annabelle Wiriath + 33 1 43 23 55 52 [email protected]       Investisseurs crédit et agences de notation :   Caroline Crépin + 33 1 43 23 83 65 [email protected] Marie-Laure Malo + 33 1 43 23 10 21 [email protected] Rhita Alami Hassani + 33 1 43 23 15 27 [email protected]                        

Tous nos communiqués de presse sur : www.credit-agricole.com - www.creditagricole.info

Crédit_Agricole Groupe Crédit Agricole créditagricole_sa





1 Le terme de « sous-jacent » fait référence à des soldes intermédiaires de gestion ajustés des éléments spécifiques détaillés en p.20 et suivantes 


2 Résultat net part du Groupe


3 Sous-jacent, hors éléments spécifiques. cf. p. 20 et suivantes pour plus de détails sur les éléments spécifiques et p. 30 pour le calcul du ROTE


4 Moyenne des quatre derniers trimestres glissants, annualisée


5 Contribution au Fonds de Résolution Unique (FRU) 


6 Selon Exigence SREP à 9,7% (y compris coussin contra cyclique)


7 Contribution au Fonds de Résolution Unique (FRU) 


8 Taux d’équipement : part des clients bancaires particuliers détenant au-moins un produit d’assurances (estimations Pacifica). Périmètre : assurances auto, habitation, santé, GAV et protection juridique.


9 Clients actifs


10 Thomson Reuters sur la zone EMEA


11 Source : Refinitiv


12 Hors pôle Activités hors métiers


13 Moyenne sur les quatre derniers trimestres des provisions sur encours de crédits, annualisées


14 Cf. p. 2020 pour plus de détails sur les éléments spécifiques de Crédit Agricole S.A.


15 Voir détails du calcul du ROTE (retour sur fonds propres hors incorporels) et du RONE (retour sur fonds propres normalisés) des métiers en p. 30


16 Le levier intra-trimestriel se réfère à la moyenne des expositions fin de mois des deux premiers mois dudit trimestre.


17 Les numérateur et dénominateur du ratio s’élèvent respectivement à 189,3 Mds€ et 143,8 Mds€ pour Crédit Agricole S.A.


18 Selon Exigence SREP à 9,7% (y compris coussin contra cyclique) ; supérieur de 32 Mds€ au seuil de déclenchement des restrictions de distribution.


19 LCL/CA Italia : inclus les professionnels – Caisses régionales : inclus les professionnels, agriculteurs, petites entreprises et associations


20 Sous-jacent, hors éléments spécifiques. Cf. p. 20 et suivantes pour plus de détails sur les éléments spécifiques.


21 Moyenne sur les quatre derniers trimestres des provisions sur encours de crédits, annualisées


22 Relatif aux encours consolidés, calculé en moyenne annualisée sur quatre trimestres glissants.


23 Avec l’entrée en vigueur de CRR2, le Groupe Crédit Agricole doit satisfaire à tout moment aux exigences TLAC suivantes : 16% des emplois pondérés, auquel s’ajoute l’exigence globale de coussins d’après CRDV (dont 2,5% de coussin de conservation, 1% de coussin systémique et 0,20% de coussin contracyclique au 31 décembre 2019) ; et 6% de l’exposition en levier.


24 Les numérateur et dénominateur du ratio s’élèvent respectivement à 223,2 Mds€ et 173,3 Mds€ pour le Groupe Crédit Agricole.


 

Pièce jointe


Article précédent

Phoenix Software International fournit un kit de développement logiciel optionnel pour sa suite logicielle de saisie de données

Ce contenu est diffusé par Hugin, il n`a qu`une portée informative et pédagogique.Les informations et données financières ainsi que les analyses diffusées par Hugin n`ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une aide à la décision, une offre de vente ou une sollicitation d`achat de valeurs mobilières ou d`instruments financiers.

La responsabilité de LeGuideBoursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l`utilisation des informations et analyses par les lecteurs et sur la pertinence des informations diffusées.

Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement, car le trading peut vous exposer à des pertes supérieures aux dépôts chez votre broker.

Tout investisseur doit se faire son propre jugement avant d`investir dans un produit financier afin qu`il soit adapté à sa situation financière, fiscale et légale

Vous aimerez aussi