• Taux USA 10Y +1,8 %
  • Taux FR 10Y +0 %
Matières premières
  • Pétrole WTI58,36 $
  • Cours Or 1466,8 $
Forex
  • Bitcoin 7201,9 $
  • Eur/Usd 1,11
Chiffres clés - Inflation
  • Europe +1.70 % / an
  • France +1.20 % / an
Chiffres clés
  • PIB Europe +1.50 % / an
  • PIB France +0.90 % / an
Accueil » Crise » Toute l`actualité sur la crise
line
line

Les risques vus... par la banque de france !

Catégorie : Crise, Banque

Source : Insolentiae Posté dans la rubrique CRISE le 29/07/2019 à  15:58


CRISE banque

La Banque de France vient de publier son évaluation des risques.

En premier, le risque d'endettement considéré comme le plus important parce qu'il croît plus rapidement que la croissance !! Et oui, c'est enfin dit, écrit noir sur blanc par la Banque de France !

Parler de croissance lorsque la dette augmente plus vite est une énorme bêtise ! Il ne peut y avoir de croissance réelle et saine que « nette » de dettes nouvelles ce qui est du bon sens.

Ce n'est pas moi qui le dit mais la vénérable et vénérée Banque de France, alors « ça vaut » !!!

Mais la Banque de France très inspirée va encore plus loin en disant que les taux bas menacent directement le modèle économique des banques et des assurances qui voient leurs marges plonger..

Je ne sais pas si j'ai commencé à vous le dire, mais cela sent l'effondrement à plein nez et à nez plein !

La Banque de France publie deux fois par an son Évaluation des risques du système financier français qui rassemble les analyses des équipes de la Banque de France et de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). La Banque de France partage ainsi son appréciation de la situation courante sur la stabilité financière en France. Ce document permet également d'étayer toute mesure macroprudentielle contraignante dont le gouverneur de la Banque de France pourrait recommander l'adoption au HCSF.

L'environnement macroéconomique mondial apparaît moins porteur qu'à la fin 2018 et lourd d'incertitudes. L'escalade protectionniste, la montée de tensions géopolitiques (Moyen-Orient, Chine, etc.) et l'accentuation de risques politiques qui pourraient converger à l'automne (processus de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne et situation politique intérieure, possible procédure de déficit excessif engagée vis-à-vis de l'Italie, changements simultanés des présidences des principales institutions européennes) façonnent un contexte défavorable même si les perspectives de croissance, bien que revues à la baisse, résistent en zone euro comme en France. Dans ce contexte, la hiérarchie des principaux risques pour le système financier français évolue à la marge mais la cotation de chacun d'entre eux est désormais jugée élevée.

Risque 1 : risques liés à l'endettement, considéré comme le risque le plus important, qui croit plus rapidement que la croissance

Le niveau actuel de l'endettement des acteurs privés ne suggère pas de risque financier généralisé à ce stade, mais sa hausse ininterrompue contribue à une fragilisation macroéconomique progressive et un affaiblissement de la résilience intrinsèque de l'économie française, alors que la capacité à mobiliser davantage de ressources publiques pour amortir de futurs chocs économiques et/ou financiers s'érode alors que la dette publique ramenée au PIB est à 98% en France, un niveau élevé, très supérieur au plafond de 60% établi dans le pacte de stabilité et de croissance européen.

Risque 2 : risques de marché, second risque est d'un niveau quasi équivalent au précédent

L'environnement de taux d'intérêt durablement bas et un recours accru à des stratégies de levier ont porté les prix des actifs financiers et non financiers (actions, obligations, immobilier, etc.) à des niveaux très élevés. Le secteur financier français n'est pas surexposé à ces risques ; il est cependant, comme partie prenante du système financier mondial, susceptible de subir les répercussions de la déstabilisation d'acteurs plus directement exposés à une correction. La détention de titres souverains français par les banques et les assurances ne constitue pas, à ce stade, une fragilité particulière.

Risque 3 : risques pour les acteurs financiers associés par la persistance de taux d'intérêt bas

Le contexte de taux d'intérêt durablement bas, s'il soutient l'économie, fragilise les modèles d'activité classiques des intermédiaires financiers (banques et assurances). La rentabilité des banques, et par conséquent leurs valorisations boursières, sont dégradées dans des marges faibles et un contexte de concurrence internationale accrue, par des acteurs souvent mieux capitalisés et disposant de coûts d'exploitation plus faibles.

Risque 4 : risques induits par des mutations structurelles, désormais jugés élevés

Le secteur financier fait face à des défis structurels qui, en l'absence d'une réponse adéquate, sont porteurs de vulnérabilité à moyen terme. La digitalisation donne un relief nouveau :

- à la préoccupation sur la maitrise des coûts dans le secteur bancaire ;

- à la transformation progressive et à la concurrence accrue dans l'ensemble du secteur (y compris de la part de nouveaux acteurs capable de déployer des techniques d'intelligence artificielle et disposant des données retraçant les habitudes des agents économiques) ;

- à la cyber-sécurité à laquelle l'essor de fournisseurs de solutions très dominants avec le développement de solutions partagées entre un grand nombre de clients donne une dimension systémique nouvelle.

Enfin, à mesure que ses conséquences se font plus visibles, l'exposition des institutions financières aux risques financiers liés au changement climatique, qu'il s'agisse des risques physiques (résultant de dommages directement causés par les phénomènes climatiques) ou de transition (résultant des ajustements brutaux ou insuffisamment anticipés qui découleraient d'une transition vers une économie bas carbone), doit faire l'objet d'une surveillance plus attentive

Ces différents risques sont largement interdépendants. Le contexte de taux d'intérêt bas qui s'est installé depuis le début des années 2010 nourrit la dynamique de l'endettement des ménages et des entreprises françaises comme la prise de risques sur les marchés financiers. Il contribue aussi à la pression actuelle sur les modèles d'activité traditionnels des banques et des assurances, que le développement de l'intermédiation non-bancaire accentue. Les évolutions du modèle de financement de l'économie française (plus globalement, européenne) appellent à s'assurer que l'action des autorités pour renforcer la stabilité financière reste efficace, y compris dans un système dans lequel l'intermédiation non-bancaire joue un rôle plus important.

Face à ces évolutions structurelles et à ces risques, la politique macroprudentielle vise précisément à prévenir les situations où les pratiques financières accentuent les déséquilibres et à renforcer la résilience du système financier dans sa globalité. Il reste que les instruments de politique macroprudentielle ne peuvent, à eux-seuls, prévenir l'apparition de déséquilibres macroéconomiques, qui appellent un ajustement de l'ensemble des politiques économiques.




share
pin it


A VOIR AUSSI
Commentaires

0 commentaires
Ajouter votre commentaire !
Pour réagir à cette info : Connectez-vous à votre espace membre
Ajouter le smiley Sourire  Ajouter le smiley Rigole  Ajouter le smiley Tire la langue  Ajouter le smiley Clin d'oeil  Ajouter le smiley En colère !  Ajouter le smiley Embarrassé  Ajouter le smiley Choqué  Ajouter le smiley Star  Ajouter le smiley Triste
Vous devez être membre de leguideboursier.com pour ajouter votre commentaire. Cliquez-ici pour devenir membre !

Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les internautes et ne sont pas rédigés par notre rédaction.
Notre rédaction se réserve le droit de supprimer les commentaires ne respectant pas notre charte éditoriale.
Il est interdit d'écrire des commentaires contraires aux lois françaises.
Le commentaire une fois diffusé ne peut etre supprimé ou modifié qu'en envoyant un email
Mentions légales
Ceci est un article 'presslib', c'est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s'exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l'actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d'information quotidienne sur www.insolentiae.com.


Ce contenu est diffusé par Insolentiae, il n`a qu`une portée informative et pédagogique.
Les informations et données financières ainsi que les analyses diffusées par Insolentiae n`ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une aide à la décision, une offre de vente ou une sollicitation d`achat de valeurs mobilières ou d`instruments financiers.
La responsabilité de LeGuideBoursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l`utilisation des informations et analyses par les lecteurs et sur la pertinence des informations diffusées.
Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement, car le trading peut vous exposer à des pertes supérieures aux dépôts chez votre broker.
Tout investisseur doit se faire son propre jugement avant d`investir dans un produit financier afin qu`il soit adapté à sa situation financière, fiscale et légale.
Contenu proposé par Le guide boursier : D'autres articles qui pourraient vous intérresser
-