Accueil » Crise » Dette
line
line
line
line

Les japonais achètent la dette? de la france. vendez tout !

Catégorie : Crise, Dette

Source : Insolentiae Posté dans la rubrique CRISE le 18/12/2018 à  08:26


CRISE dette

Les pauvres nippons ! Ils se prennent régulièrement des typhons, des tremblements de terre, et même des tsunamis avec des accidents nucléaires?

Et vous savez ce que font les Nippons ? Ils décident de passer à l'achat sur la dette française.

De vous à moi, je crois que c'est un signal très fort de vente.

Si les Nippons achètent, surtout, vendons-leur tout !!

Non, ne m'accusez pas de « nipponphobie ». Je n'ai rien contre les Nippons !

Redevenons sérieux deux secondes, et je vais vous expliquer pourquoi le fait que les Japonais achètent de la dette française, ce n'est pas forcément une bonne nouvelle ni pour eux ni pour nous !

Au Japon, les rendements c'est 0 !

Cela fait des années que les taux d'intérêt sont maintenus au plus bas par la Banque centrale japonaise, la BoJ (Bank of Japan). Il faut dire qu'avec plus de 250 % de dettes sur PIB, mieux vaut que les Japonais ne payent pas trop d'intérêts sur leur dette.

Le problème c'est que quand les taux sont à zéro, vos placements rapportent? 0 aussi ! Le rendement de vos placements, c'est le taux payé par les États moins les commissions de gestion des banques.

Voilà pourquoi les placements ne rapportent rien aux épargnants japonais.

Logiquement, les Japonais, qui font marcher leur planche à billets à toute vitesse, cherchent du rendement ailleurs.

Et où trouvent-ils du rendement dit « garanti » ? En France pardi !!

Ce mécanisme ne vous rappelle rien ?

C'est avec ce genre de stratégies financières un peu bidon et de courte vue que les Allemands, dont les taux étaient à zéro, sont allés chercher du rendement en? Grèce. Enfin, pas les Allemands, les banques allemandes pour être plus précis.

Les banques françaises ont d'ailleurs fait exactement la même chose, je ne dénoncerai personne, mais cela a coûté quelques milliards à pas mal de nos établissements.

L'idée du siècle est donc toujours la même : on va chercher le rendement là où il se trouve en croisant les doigts pour que tout se passe bien.

Quand l'appât du gain prend le pas sur l'analyse fondamentale de risque, alors les problèmes ne sont jamais loin. Il se passera la même chose pour les Japonais et leurs banques que ce qui est arrivé pour les banques européennes en Grèce.

Sauf que, en France, avec la crise des gilets jaunes, il semble que le problème de consentement à l'impôt vient de sauter à la figure de nos mamamouchis.

Si la France ne dispose plus de la capacité à augmenter les impôts sans déclencher une révolution, si la France ne peut plus battre monnaie puisque ce pouvoir a été confié à la banque centrale européenne, et que la France ne peut pas baisser ses dépenses sans déclencher le mécontentement de tous les bénéficiaires de la dépense publique, alors il n'y a plus qu'à s'installer confortablement, un verre de bon vin à la main, et contempler notre faillite se faire.

Il ne faut jamais acheter de la dette d'un pays qui ne dispose plus de la capacité de battre monnaie. C'est assez simple à comprendre. Un pays qui peut imprimer autant de billets qu'il le souhaite ne peut pas faire faillite. Sa monnaie peut perdre de la valeur (relativement aux autres), mais il ne peut pas faire faillite !!

Enfin, surtout ne disons rien et refourguons tous nos fonds euros et autres bonnes obligations du Trésor directement aux Japonais qui pensent que l'on va les rembourser hahahahahahahahahahahahahahaha? Pauvres nippons ! L'État français vient de trouver un pigeon pour remplacer les gilets jaunes. Pas sûr que cela dure aussi longtemps avec les Japonais.

Les investisseurs japonais viennent tout de même d'acheter pour près de 3 600 milliards de yens sur les 10 premiers mois de l'année, soit environ 28 milliards d'euros, un montant qui ne représente rien de moins que la moitié des émissions nettes de dettes de cette année. Cela va sans doute baisser sur les deux derniers mois de l'année.

Bercy aura peut-être même du mal à boucler les fins de mois.

share
pin it





0 commentaires
Ajouter votre commentaire !
Pour réagir à cette info : Connectez-vous à votre espace membre
Ajouter le smiley Sourire  Ajouter le smiley Rigole  Ajouter le smiley Tire la langue  Ajouter le smiley Clin d'oeil  Ajouter le smiley En colère !  Ajouter le smiley Embarrassé  Ajouter le smiley Choqué  Ajouter le smiley Star  Ajouter le smiley Triste
Vous devez être membre de leguideboursier.com pour ajouter votre commentaire. Cliquez-ici pour devenir membre !

Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les internautes et ne sont pas rédigés par notre rédaction.
Notre rédaction se réserve le droit de supprimer les commentaires ne respectant pas notre charte éditoriale.
Il est interdit d'écrire des commentaires contraires aux lois françaises.
Le commentaire une fois diffusé ne peut etre supprimé ou modifié qu'en envoyant un email
Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com.
.Ce contenu est diffusé par Insolentiae, il n`a qu`une portée informative et pédagogique.
Les informations et données financières ainsi que les analyses diffusées par Insolentiae n`ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une aide à la décision, une offre de vente ou une sollicitation d`achat de valeurs mobilières ou d`instruments financiers.
La responsabilité de LeGuideBoursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l`utilisation des informations et analyses par les lecteurs et sur la pertinence des informations diffusées.
Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement, car le trading peut vous exposer à des pertes supérieures aux dépôts chez votre broker.
Tout investisseur doit se faire son propre jugement avant d`investir dans un produit financier afin qu`il soit adapté à sa situation financière, fiscale et légale.
-