Vendredi 14 août 2020 - 22:29 | A ne pas manquer : Le 10 Septembre 2020 - Réunion de la Banque centrale européenne

Grand reset, le sujet central de la dette

Ce que l'on appelle le « great reset », ou la grande réinitialisation, est un processus à plusieurs dimensions.

L'une de ses dimensions est environnementale ou écologique si vous préférez, avec la nécessité d'organiser le ralentissement des activités humaines, ce qui sera croyez-moi, assez désagréable.

Une autre des dimensions de cette grande réinitialisation, de cette grande remise à zéro est évidemment celle de l'endettement.

Quelle est la limite de la dette ?

On pose et l'on se pose souvent cette question.

Quelle est la limite à l'endettement ?

Là de très nombreux points de vue, expriment généralement l'idée que l'endettement, finalement, n'aurait pas franchement de limite à partir du moment où les banques centrales décident de payer ou d'annuler les dettes en rachetant les obligations émises, et en ne demandant plus aux Etats le remboursement.

Dans un tel monde, que l'on va appeler la Théorie, et si tous les pays du monde font la même chose, alors, cela pourrait durer un certain temps puisque dans un monde de changes flottants, si toutes les monnaies baissent en même temps, alors.. elles sont stables les unes par rapport aux autres !!!

Pourtant ce n'est là qu'un aspect des choses aussi important soit-il.

Il y a aussi un autre angle sous lequel il faut évoquer ce sujet de la dette, à savoir celui de la croissance !

Le remboursement de la dette repose sur la croissance future

Enfin, sur la promesse de la croissance future.

Tout mécanisme de dettes repose là-dessus.

Lorsque j'achète ma maison avec un crédit sur 20 ans, le banquier repose le remboursement de mon crédit sur mes 20 prochaines années de revenus !

Le banquier part du principe que j'aurais donc « forcément » des revenus pendant les 20 prochaines années, et que cela me permettra de rembourser mon crédit.

Et c'est là qu'arrive notre première dimension du grand reset à savoir l'organisation du ralentissement des activités humaines.

Si les activités humaines ralentissent, la croissance en valeur absolue va forcément ralentir. Si les dettes, elles, continuent à augmenter, alors qu'il y a de moins en moins de revenus, notre insolvabilité généralisée va arriver d'autant plus vite !

Imaginez la tête de votre banquier si vous lui annoncez que tous les ans pendant les 15 ans qui vous reste à rembourser de votre crédit vos revenus vont « ralentir » de 3 % tous les ans.. cela va être difficile Monsieur le banquier.

De manière générale, cela va être difficile Messieurs les créanciers.

Et justement, côté augmentation de l'endettement, ce n'est pas franchement fameux.

Les dernier chiffres d'Eurostat.

Voici ce que dit Eurostat dans son tout dernier rapport

« La dette publique en hausse à 86,3 % du PIB dans la zone euro En hausse à 79,5 % du PIB dans l'UE !

À la fin du premier trimestre 2020, le trimestre pendant lequel les mesures de confinement liées à la Covid-19 ont commencé à être largement mises en place par les États membres, le ratio de la dette publique par rapport au PIB s'est établi à 86,3 % dans la zone euro, contre 84,1 % à la fin du quatrième trimestre 2019. Dans l'UE, le ratio a augmenté, passant de 77,7 % à 79,5 %. Par rapport au premier trimestre 2019, le ratio de la dette publique par rapport au PIB a diminué tant dans la zone euro (de 86,4 % à 86,3 %) que dans l'UE (de 80 % à 79,5 %). L'impact des mesures de confinement ainsi que les réponses politiques à celles-ci ne devraient se matérialiser pleinement par une augmentation des besoins de financement qu'au deuxième trimestre 2020« .

Si l'on regarde dans le détail, les pays qui sont le « mieux » classés, nous obtenons en première place, la Grèce avec 176.7 % de dettes sur PIB, puis en seconde position l'Italie avec 137.6 %. Vient ensuite la Belgique avec 104.4 % et la France avec 101.2 %.

Or l'impact des mesures de soutien se matérialisera sur le second semestre. Autant dire que nous n'avons encore rien vu sur l'explosion de la dette des Etats européens. La France dépassera les 120 % de dettes sur PIB en 2021. Avec un peu de chance, nous serons même à 130 %.

A ce stade, alors que la croissance est anémique et qu'il faut organiser le ralentissement de nos activités et repenser notre production, le remboursement des dettes qui était déjà très hypothétique, devient très clairement illusoire.

Dans ce processus de grand reset, il y a donc une dimension très forte qui va se jouer autour de la dette.

C'est pour cette raison qu'il ne semble pas opportun de détenir des placements qui correspondent à de la dette. Dit autrement, tout ce qui est « obligataire » ne semble pas franchement obligatoire dans un patrimoine.

Charles SANNAT


Article précédent

Des nouvelles du crash boursier à venir entre le 15 juillet-15 août !

La BCE évite la faillite de la France !

Ceci est un article 'presslib', c'est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s'exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l'actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d'information quotidienne sur www.insolentiae.com.

Ce contenu est diffusé par Insolentiae, il n`a qu`une portée informative et pédagogique.Les informations et données financières ainsi que les analyses diffusées par Insolentiae n`ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une aide à la décision, une offre de vente ou une sollicitation d`achat de valeurs mobilières ou d`instruments financiers.

La responsabilité de LeGuideBoursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l`utilisation des informations et analyses par les lecteurs et sur la pertinence des informations diffusées.

Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement, car le trading peut vous exposer à des pertes supérieures aux dépôts chez votre broker.

Tout investisseur doit se faire son propre jugement avant d`investir dans un produit financier afin qu`il soit adapté à sa situation financière, fiscale et légale

Vous aimerez aussi